Ultima Forsan

Version complète : En suivant les coquilles...
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Je viens de passer à la 780... Et je lis la synthèse de Figaro Magazine du 5 juillet 1997. Bien pratique, car elle confirme en partie l'ordre des énigmes élaboré à l'énigme B en précisant que la précédente est l'énigme 530 et que la suivante est l'énigme 470.
Je cite : "Cette énigme commence là où finit l'énigme 530".
Malgré les objections remontées suite à mon post sur la 530, je persiste à affirmer que même l'ouverture est peut être Bourges, l'énigme, elle, se termine à Cherbourg

Je cite encore :
  • "La boussole est représentée telle qu'elle pourrait être dans votre main, ou telle qu'elle se présente lorsqu'elle est utilisée par l'une des personnage du visuel.
  • Cette boussole n'indique pas un lieu précis, mais une direction générale.
  • Cette direction générale sert de clé pour passer à l'énigme suivante.
  • Au bout de cette direction générale, il y a une destination : elle ne peut pas être trouvée dans l'énigme 780, mais seulement dans l'énigme suivante, qui est la 470."
En appliquant ces indices, je peux tracer un méridien à partir de Cherbourg. Bon ! C'est n'est évidemment pas un vrai méridien, car même les bords de la carte au 1/1000000ème que j'utilise (Michelin) ne suivent pas les méridiens. Ce qui est impossible de toute façon, cette carte étant dressée sur la base d'une projection gnomonique. Disons que je trace une droite à partir de Cherbourg, parallèle à la droite méridienne passant par Bourges, tracée en 530. Cette droite passe par Saint-Jean-Pied-de-Port.

Comme l'affirme la synthèse, Saint-Jean-Pied-de-Port ( Et non pas pied de porc, comme j'ai lu quelque fois. On n'est pas dans une charcuterie, que diable !) n'est sans doute pas la destination finale. Mais comme pour la 530, Bourges n'était qu'un chemin conduisant à Cherbourg, Saint-Jean-Pied-de Port n'est qu'une étape sur le chemin menant à... la 470. Pas la peine de cité le lieu ici, d'autant que la solution de la charade est décrite dans moult forums.

Cette histoire de chemin et le texte de l'énigme, conseillant un pied alternativement à tout autre moyen de mobilité porté, me conduit sur les itinéraires (pédestres) de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle.
Ceux-ci sont très nombreux. Et pratiquant assidûment la randonnée, je ne connais pas un département français qui ne propose son itinéraire. Je soupçonne même les associations et autres comités touristiques d'en inventer pour attirer les marcheurs (je parle des randonneurs, pas des membres d'un certain parti politique) dans leur rets, à en juger par les nombreux établissement proposant des solutions d'hébergement et de restauration ruineux qui apparaissent après l'éclosion des coquilles.
[attachment=1674]
Là je plaisante, il s'agit d'une carte extraite du Chaix, l'annuaire de tous les trajets et de tous les horaires des trajets SNCF. Mais je suppose que cela ressemblerait à la carte répertoriant tous les itinéraires conduisant à Saint-Jacques, si un tel annuaire existait.

Cependant, de tradition, il en existe trois convergeant à Saint-Jean-Pied-de-Port :
  • La Via Turonensis (de Tours),
  • la Via Lemovicensis (de Limoges),
  • la Via Podiencis (du Puy-en-Velay).
[attachment=1673]

En conclusion, la destination de cette énigme (que je ne peux pas connaitre encore) est Saint-Jean-Pied-de-Port, en attendant celle que je trouverai plus tard dans la 470 (A Roncevaux) située de l'autre des Pyrénées sur le trajet espagnol vers Saint-Jacques.
Pour les amateurs d'alignements rigoureux, je précise que la droite verticale bleue ne passe pas du tout par le Mont-Saint-Michel. En revanche, elle passe très précisément sur La-Roche-Sur-Yon.