Ultima Forsan

Version complète : Capillo ?
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pour mémoire :
  • UT QUEANT LAXIS met sur la piste du double acrostiche (je dis double, mais si ça se trouve, c'est incorrect).
  • Cette "technique" s'applique assez bien à la phrase MAis par le MEga c'est un MIllion de fois MOins, séquence qui donne clairement envie de de dire MU...
  • Dans les trucs dont je ne sais quoi penser, entre le MA et le ME, on lit ISPARLE anagramme de SPIRALE.
Tout ça, vous le savez déjà, mais j'ai un truc "dans l'esprit" avec le titre dont je ne sais quoi penser...

Si on extrait les deux premières lettres de chaque mot de UT QUeant LAxis, il reste EANT XIS, c'est SOIXANTE privé de O, qu'on pourrait s'amuser à lire 60 moins O, qui vaut 222 dans cette énigme, et donc obtenir 60-222 soit -162.

On pourrait voir ça comme une sorte de correctif à appliquer à la distance permettant de trouver la spirale...

C'est trop tordu vous trouvez ?
[attachment=2103]

MV a déjà employé des distances négatives dans ses autres chasses, mais une distance corrective dans une énigme où on est censé commencer à mettre en pratique la mesure, ce serait un peu abuser à mon sens Angel
Pour moi, à partir du moment où un décryptage contient une extraction de lettres auxquelles on applique ensuite une anagramme, c'est capilo.

D'autre part, tu oublies que "sol" fait trois lettres : les notes ne sont pas définies par un "double acrostiche" (prendre deux lettres au début de chaque ligne) mais par un "acrostiche syllabique" (prendre la première syllabe de chaque ligne). Donc ton extraction de lettres est déjà incohérente à mon avis.

PS : avez vous remarqué qu'en 500 on a cette sorte d'acrostiche syllabique dans le poème Ut queant laxis, utilisant des syllabes au lieu de lettres dans la technique classique de l'acrostiche et ne formant pas une suite de syllabes ayant un sens, tandis qu'en 530 on a une charade reposant sur des lettres au lieu des syllabes habituelles et sans définition du "tout" ?
Oui, mais pour moi, l’utilisation des lettres en lieu et place des syllabes a (au moins) une raison d’être :
  • en 530, de sorte qu’en 780 on compte, non pas les pieds, mais les lettres ;
  • en 470, de sorte qu’en 580 on subsistue les notes « syllabiques » par leur équivalent en notation alphabétique.
Pour la 500, où nous avons l’inverse, il est certainement intéressant de se poser la question, mais je ne vois rien d’attrayant. Enfin si, mais c’est alors directement en 500, et cela s’applique à une anagramme du titre même. Ce qui pourrait faire sens…