Synthèses de claudits

L'Ecrin Blanc


Cliquer sur les liens bleus pour accéder aux sections correspondantes.
Cliquer sur les liens jaunes pour accéder aux claudits sources.


AIDES | GENERAL | E1 | E2 | E3 | E4 | E5 | E6 | E7 | E8 | E9 | E10



AIDES

AIDES
Les aides ne sont pas toutes faciles à casser.
C'est l'auteur qui a choisi l'agencement des aides, ça peut avoir un rôle à jouer.
Il a également décidé d'accoler de petites vignettes aux aides car il se souciait de ce détail, elles représentent un clin d'œil.
Deux aides peuvent concerner une seule et même énigme, et une seule aide peut concerner plusieurs énigmes différentes.
Importance des aides en prenant comme étalon 0/10 pour l'aide 1 : 8/10 pour l'aide 2, 5/10 pour l'aide 3, 3/10 pour l'aide 4 et 7/10 pour l'aide 5.

AIDE 1
L'utilisation du passé dans l'aide n'est pas là pour pointer une origine méconnue de la créature.
Dans l'aide il faut considérer les frontières de la France d'aujourd'hui.

AIDE 2
Il faut remettre de l'ordre dans la grille car tout n'est pas à sa place, mais il est inutile de bouger des lignes ou des colonnes entières.
L'auteur n'aime pas le terme « substitutions », il faut simplement remettre un peu d'ordre dans la grille.
Il indique aussi qu'il aurait pu présenter l'aide sous la forme d'une seule ligne, mais il a préféré compacter pour la forme.
La disposition des lettres n'est pas aléatoire pour autant, l'auteur avait le choix entre plusieurs configurations.
L'aide est un peu entre suivre un « schéma de logique » et trouver l'arrangement au pifomètre, mais on a la possibilité de savoir à tous les coups si le résultat est juste ou non.
L'aide est aussi plus facile à appréhender à partir de l'énigme à laquelle elle s'applique.
La mécanique de l'aide est plutôt simple mais la résolution l'est moins, et sa compréhension n'est possible qu'à partir d'un certain stade de la chasse.
Il y a plusieurs indications dans la grille grâce auxquelles on peut comprendre le début et la fin de la phrase décryptée très rapidement.
Il y a une raison pour laquelle il y a un « P » majuscule dans la grille, il vaut mieux le comprendre.
Toutes les lettres sont utiles et ne servent qu'une seule fois.
L'aide renferme un message en clair.
Les différentes épaisseurs des bordures noires entourant les lettres n'ont pas d'importance.
L'aide concerne une énigme en particulier mais elle a aussi un rapport indirect avec d'autres énigmes.
L'aide intervient un peu plus loin que la deuxième énigme.

AIDE 3
L'aide est présentée sur 3 lignes avec 3 mots par ligne, ça peut avoir un rôle à jouer.
La plume noire qui illustre l'aide peut également avoir un rôle à jouer.
Les « falaises blanches » sont en France.
Elles sont très connues.
La fuite évoque une ligne.
Aucune énigme du livre ne parle en clair des « falaises blanches » alors si dans une énigme on devait les franchir (par exemple), ce serait probablement indiqué par un décryptage plus ou moins compliqué ou alors ce serait implicite de par notre cheminement.

AIDE 4
La route existe vraiment, ce n'est pas une invention.
Le mieux est de situer le départ de la route pile-poil là où règne la créature. Néanmoins ce point précis peut varier considérablement selon la source utilisée, par conséquent une erreur de distance reste possible.

AIDE 5
L'auteur confirme à demi-mot que plusieurs lettres correspondent à un même nombre dans l'aide.



GENERAL

CHASSE / ENIGMES
La chasse est plus proche de la Chouette d'Or que des 12 énigmes de Sam Dalmas, mais il n'existe pas de « reliquats ».
Aucun déplacement n'est nécessaire pour résoudre les énigmes du livre.
D'après l'auteur, être en train de batailler avec E4 environ 5 mois après la sortie du livre - pour le chercheur le plus avancé - était plutôt une bonne chose.
C'est l'auteur qui a choisi l'agencement des énigmes, ça peut avoir un rôle à jouer.
Il existe certains indices pour nous aider à résoudre ce qui est crypté dans le livre.
La solution de chacune des 10 énigmes n'est jamais uniquement affaire « d'interprétation », ça rendrait le jeu impossible.
Dans la majorité des énigmes on peut être sûr d'avoir la bonne solution.
Par exemple si le lieu est la solution d'une énigme, il y aura plusieurs indices rattachés à cet élément et donc ça ne laissera pas de place au doute.
Ce serait ensuite à nous de chercher la place de cet indice dans notre jeu (savoir quoi faire du lieu, l'étudier en détail ou non, ...).
Une énigme (sa solution ou une partie de sa solution) peut être confirmée par l'énigme suivante, mais ce n'est pas automatique.
Il n'existe pas d'ordre chronologique dans les énigmes, par exemple il serait possible de se situer en 1200 dans E1, puis en 1556 avec E2 pour ensuite se trouver en 1300 dans E3.
Certaines énigmes nous amèneront à lire une partie d'un ou plusieurs « romans ».
Au cours de la chasse, il est de l'ordre du possible qu'un mot soit employé en homonymie d'un nom propre pour pointer ou confirmer celui-ci.

ORDRE
Il faut résoudre les énigmes dans l'ordre du livre.
Certaines énigmes sont quasi-indépendantes mais les résoudre nous prendrait plus de temps et serait bien plus compliqué.
De manière générale, on a quand même plus de liberté d'action dans les premières énigmes.

LIVRE
Il y a une faute d'orthographe volontaire dans le livre dont on n'a pas à se soucier, c'est un clin d'œil.

VISUELS
Le contour des visuels n'est pas présent dans toutes les énigmes, mais ce n'est pas à prendre en compte.
Une loupe n'est pas un outil utile pour résoudre les énigmes.
La présence d'un rébus dans un des visuels n'est pas à exclure.
Il n'est pas non plus exclu qu'un des visuels nous donne une idée de la mesure.

TITRES
Les titres sont à prendre en compte dans la résolution des énigmes.
Chaque titre est à sa place, et si jamais il fallait échanger certains titres pendant le jeu, ça ne serait rien de très compliqué.
Le titre d'une énigme peut donner une information ou une méthode unique et introuvable ailleurs, ou servir de confirmation.
Il faut savoir comment et quand utiliser les titres.

FAUSSES PISTES
Il existe des fausses pistes volontaires dans la chasse.
Mais ni un visuel ni un titre ni un texte ne sert entièrement de fausse piste.
N'importe quel titre mal interprété peut nous expédier dans le mur, mais ils n'ont pas été conçus dans ce but.

CARTES / TRACES
La chasse nous fait passer par plusieurs pays, il y a un peu une idée de « tour de monde », même si elle est forcément restreinte.
En suivant la piste classique, on n'aura pas besoin de cartes géographiques de pays étrangers.
Une carte Michelin 721 et éventuellement une ou plusieurs cartes plus précises sont suffisantes pour la chasse.
La marque de la ou des cartes précises n'a pas d'importance.
Aucun trait ne sort de la carte Michelin 721 durant tout le jeu.
Une ville déduite d'un texte est forcément visible sur cette carte.
Pour les tracés l'auteur conseille du matériel basique : crayon, règle, équerre, compas, etc.
Les tracés indispensables dans le jeu sont au moins suggérés dans les énigmes.
Les tracés ne sont pas censés reproduire un objet présent sur un visuel.
On peut, suite à un tracé, tomber sur une solution d'énigme ou arriver dans une zone intermédiaire qui ne serait qu'une simple étape menant à la solution.
Dans la mesure où il y aurait des calculs à effectuer, on pourrait arrondir les résultats sans risque, du moment que ce serait fait raisonnablement.
Ça ne choquerait pas l'auteur qu'un nombre d'années soit changé en longueur, tout dépend du contexte.
Il est envisageable qu'un nom de lieu dans le jeu soit utile pour un calcul.

SITE INTERNET



E1

ENIGME
La solution de l'énigme aurait été trouvable avec moins d'éléments.

VISUEL
Le visuel fait partie intégrante de l'énigme et on doit donc toujours l'interpréter dans le contexte de l'énigme (en fonction du titre et/ou du texte).
Il peut donc faire plus que simplement aider à résoudre la partie textuelle.
Les deux dés ont été dessinés d'après un modèle, mais ils ne sont pas du même modèle.
Sur le dé de droite les deux chiffres visibles sont un 1 et un 2.
Les deux chiffres des dés (le 2 du premier et celui caché du second) on un rapport direct avec le liquide qui s'écoule sur le second.
Comprendre la nature du liquide présent sur le dé de droite est utile, elle peut nous aider.
Le liquide masque intentionnellement un chiffre, mais il est facile à découvrir.
La représentation du liquide n'est pas totalement réaliste mais l'absence de couleur fausse un peu le dessin.
La couleur du liquide serait en effet une aide précieuse.
Le liquide ne peut pas nous faire penser à la créature de E2.
On peut voir un motif « en damier » sur le visuel, mais on ne peut pas déterminer, d'après le visuel, si c'est caractéristique d'un plateau de jeu particulier ou si c'est autre chose...
La présentation de ce motif en diagonal n'a aucune importance.

TEXTE
Il y a quelque chose à analyser dans la phrase latine.



E2

ENIGME
Peut-on résoudre E2 sans avoir résolu E1 ? La réponse se trouve en quelques sorte dans l'énigme.
Il existe un léger indice de E1 pouvant nous aiguiller sur la bonne voie dans l'énigme.
Il y a une sorte de « cassure » nécessaire entre E1 et E2 mais c'est à nous de voir s'il faut se servir de E1 en E2.
L'énigme n'est pas la plus facile des énigmes, donc il ne faut pas se précipiter.
Dans l'énigme, il faut être astucieux, bien interpréter et avoir une solide culture générale.
L'énigme est trouvable, il faut surtout bien démarrer et après le reste devrait suivre.
La piste qui nous mène du début de l'énigme à l'antre et à la tour ne paraît pas tellement décharnée à l'auteur, c'est avant tout la méthode qui prime dans cette énigme. C'est pourquoi, en fonction de la manière dont on l'aborde, elle pourra durer 30 minutes comme 3 mois.
L'auteur ne peut pas dire s'il y a un piège dans cette énigme.
On sait ce qu'on cherche dans E2, ce n'est pas le point de blocage principal de cette énigme.
Si on trouve la créature et l'antre dans cet ordre, on aura en grande partie résolu l'énigme.
La finalité de l'énigme est-elle autre chose qu'un lieu ou un personnage ? L'auteur répond « non » mais précise de ne pas en tirer de conclusions trop hâtives.
La finalité de l'énigme est de trouver autre chose que la créature et la tour, mais si on trouve la créature et la tour on a forcément cette autre chose.
Il n'y a pas 2 noms de villes françaises à trouver dans l'énigme.
On peut faire l'impasse sur cette énigme pendant un certain temps, mais on aura besoin tôt ou tard de la résoudre.
Il est normal de ne pas percevoir pleinement la finalité de nos solutions à la fin de cette énigme.
On aura fait beaucoup en résolvant les deux premières énigmes, mais il sera encore bien trop tôt pour aller creuser.
Harry Potter ne peut pas nous aider dans l'énigme.
L'auteur a au moins utilisé une synecdoque dans l'énigme.
On peut dire que certains éléments de l'énigme sont liés à l'occultisme.
Des connaissances en langue étrangère pourraient nous aider dans cette énigme.
Le jeu du tarot pourrait nous aider assez indirectement sous certaines conditions à un moment de l'énigme bien précis.

VISUEL
Les éléments du visuel sont positionnés là où ils doivent l'être. L'ordre des éléments est commode mais il n'a rien de particulièrement important (mettre l'astre au premier plan à la place du cheval aurait posé quelques difficultés à l'auteur).
Un élément « manquant » dans le dessin est plus qu'envisageable, il faut retenir que le visuel n'est ni réaliste, ni complet.
Il y a des détails inutiles dans le dessin (en dehors des fausses pistes), mais ils ne sont pas encombrants et ils ne nous gêneront pas.
Le visuel à lui seul ne permet pas de deviner de quelle sorte de créature il est question, il est plus juste de dire qu'il participe à la compréhension de la nature de la créature.
On peut découvrir la créature sans le visuel mais on a tout intérêt à se servir du visuel pour consolider notre certitude d'avoir la bonne créature.
On ne peut pas trouver la créature exclusivement à l'aide du dessin, on a forcément besoin du reste de l'énigme.
L'antre de la créature est en quelque sorte symboliquement dessiné sur le visuel, mais cela n'aide pas de le savoir si on ne possède pas déjà l'antre.
La tour du visuel est symbolique et ce n'est pas la « Tour » dont parle le texte même si elles pourraient présenter des similitudes.
Le symbole LL dans la tour du visuel est sans importance.
Il est certain que la tour du visuel a un rapport avec le temps.
L'absence d'aiguille sur l'horloge remplit une fonction toute symbolique, mais l'auteur ne se prononce pas sur son importance.
La seule information à retenir c'est que rien n'est affiché sur la l'horloge de la tour du visuel. L'auteur préfère ne pas révéler si les chiffres servent par la suite pour confirmer une piste, mais il est en tout cas inutile de les modifier de quelque manière que ce soit.
Les 4 chiffres de la tour du visuel n'auraient pas pu être différents, ils ne sont pas inutiles mais tout dépend ce qu'on considère comme « utile ».
La symbolique cachée derrière l'absence des aiguilles de l'horloge doit nous évoquer autre chose que la mort (le temps ne compte plus) et l'éternité (le temps ne compte pas).
Il faut en quelque sorte essayer de repositionner les aiguilles sur l'horloge de la tour.
Dans cette vue de l'esprit, une fois replacées la position de ces aiguilles est importante.
La boule dans le ciel représente la Lune ou le Soleil, mais sa couleur n'a pas réellement d'importance pour l'énigme.
On ne peut pas dire que l'astre sur le visuel participe de manière active à la solution de l'énigme.
S'agit-il d'une roue ou d'une meule dans le dessins ? La question est trop binaire et pourrait éventuellement s'assimiler à un faux dilemme.
L'objet circulaire posé sur le sol est lié surtout à l'astre et à l'animal, et dans une moindre mesure à la tour.
Le matériau de l'objet circulaire n'a pas d'importance.
L'objet circulaire ne représente pas un ovni miniature, l'auteur nous laisse le soin de trouver à quoi il correspond.
L'objet circulaire n'est pas une arme, il est plus symbolique. Il est présent dans l'énigme parce qu'il peut nous être utile.
La « roue » du visuel n'est qu'un seul objet, mais cela ne fixe aucune limitation quant au nombre de fois où il pourra être utilisé.
La couleur blanche du cheval est importante, sans toutefois être décisive.
La jeune pousse de l'image ne permet pas de définir le nombre de saisons dans l'année.

TITRE
« O Fortuna... » participe à la résoudre l'énigme.
On doit au moins comprendre la présence des points de suspension dans le titre, mais l'auteur ne se prononce pas sur leur importance.
Le titre peut être relié à une référence cinématographique, cependant ce n'est pas le cas dans cette énigme.

TEXTE
« Etre dénué de tout repère » c'est en quelque sorte n'avoir ni point de départ, ni direction.
« Dénué de tout repère » : les repères en question sont-ils strictement géographiques ? C'est une intéressante question à laquelle l'auteur ne peut pas répondre.
Si l'on doit suivre la créature jusque dans son antre c'est pour ne pas se retrouver à nouveau dénué de tout repère.
« Par son titre tu devras t'orienter » : « son » qualifie le « titre » de la créature, et pas seulement ça, mais il ne qualifie pas un élément trouvé en E1.
On ne peut pas avancer dans l'énigme sans « s'orienter par son titre ».
Est-ce que « son titre » nous donne une orientation à caractère géographique ? C'est à nous de voir.
Est-ce seulement après avoir trouvé la créature qu'on pourra s'orienter ? Non, pas seulement après.
L'énigme fait mention de la créature après la phrase « Par son titre tu devras t'orienter » donc « son titre » ne doit pas être associé à la créature à ce stade de la lecture.
L'auteur préfère l'expression « peu ou prou » parce qu'elle est moins courante que « plus ou moins », mais cette expression pourrait convenir aussi, ce n'est qu'un détail.
On peut compter les saisons sans E1.
On n'a pas besoin de carte géographique pour compter les saisons.
Il faut forcément un point de départ pour compter les saisons mais celui-ci n'est pas une date se trouvant dans une autre énigme.
L'auteur ne peut pas nous dire si l'année de publication du livre a un rôle à jouer dans la chasse.
La valeur d'une saison est une information courante qui se retrouve en dehors du jeu mais qui peut changer selon plusieurs facteurs, et à ce niveau c'est à nous de faire le bon choix (rien de trop compliqué).
Une fois le calendrier choisi (calendrier attique, calendrier républicain, etc.), il faut prendre la valeur de la durée d'une saison la plus usuelle.
La durée d'une saison la plus usuelle peut varier considérablement selon le calendrier que l'on consultera.
L'auteur a suggéré d'utiliser la valeur de la durée d'une saison la plus usuelle car si on regarde attentivement, la durée d'une saison donnée diffère souvent de la saison suivante ou de sa précédente.
L'histoire du calendrier est juste là pour montrer que d'autres facteurs pourraient influencer cette valeur (car toutes les cultures ne partagent pas les saisons de la même façon par exemple). Mais normalement on a ce qu'il faut pour choisir la durée adéquate au moment du comptage, ce n'est pas le plus compliqué dans l'énigme.
On ne trouvera pas d'indications utiles à l'énigme avec d'autres valeurs de la saison que celle qui est la bonne.
Le nombre de saisons dans l'année est logique.
On dispose d'une certaine marge avec les 2396 saisons, on n'aura pas de problème particulier si on en compte 2400.
Si on compte 2392 saisons au lieu de 2396 ça devrait aller aussi car la précision du résultat n'est pas le plus important, c'est une façon de dire que dans certains cas on a la possibilité d'emprunter différentes routes pour arriver au même but.
Le nombre de saisons ou le résultat de l'opération n'est à utiliser comme une clef de décryptage.
Le résultat du comptage des 2396 saisons ne peut pas nous aider dans une autre énigme.
Le calcul des saisons correct est indispensable pour nous amener à l'étranger, et voir la créature.
Juste après avoir compté les 2396 saisons, on voit la créature elle-même (on ne cherche que la créature).
Lorsqu'on voit la créature à une date précise, ce n'est pas forcément parce qu'un événement spécial lui est rattaché à cette date.
On voit la créature plutôt vers ses débuts.
« Là où règne la créature » désigne le lieu où l'on voit la créature après le comptage des saisons.
« Là où règne la créature » : le mot « règne » implique un certain exercice du pouvoir de la part de la créature.

<< LA CREATURE >>

La créature est difficile à cerner, il faut le faire avec la bonne méthode.
Il y a plusieurs créatures « candidates », mais on en sait assez pour choisir celle qui convient.
On doit envisager le mot « créature » selon son étymologie latine première.
La créature est unique en son genre, et elle est tangible.
On ne peut pas dire que des créatures de légende ou des personnages mythiques sont tangibles.
Dans cette énigme on peut dire que la créature est liée au monde animal, en dehors de ce cadre c'est à nous de voir.
La créature a-t-elle été apprivoisée par l'homme ? La question ne se pose pas vraiment.
La créature appartient au règne animal (L'Homme appartient au règne animal).
La créature était-elle mâle ou femelle ? Etait-elle vivante quand on découvert son antre ? Ce sont deux questions qui ne sont pas sans intérêt, mais on doit chercher nous-mêmes ces réponses.
La créature a vécu relativement longtemps.
La créature a eu une descendance biologique (mais il n'est pas question d'adoption).
La descendance de la créature est également connue.
Il n'y a pas besoin de prendre en compte un ascendant biologique de la créature, il faut se concentrer sur elle.
La créature est connue pour ses caractéristiques physiques.
La créature était de la taille d'un « humain adulte » mais savoir sa taille exacte n'est pas utile.
La créature n'a pas la capacité de changer physiquement de forme ou d'apparence.
La créature n'est pas une « force de la nature », elle n'est pas capable d'accomplir des actes extraordinaires (comme soulever un 38 tonnes ou avaler un nuage).
La créature ne peut pas voler.
La créature n'est pas connue pour avoir des vies humaines, mais plutôt pour le contraire.
La créature était dangereuse pour ses ennemis.
Un bon nombre des ennemis de la créature étaient de même nationalité qu'elle.
« La créature n'était pas française » : cette indication est compréhensible de tout temps, elle visait juste à recadrer les chercheurs.
La créature n'était pas française. Est-ce seulement au moment où on la voit ? Ou bien par rapport à son « titre » ? « Non » aux deux questions.
La créature n'est pas française, elle n'est pas venue en France et elle pas n'est pas devenue française par « adoption ».
La créature n'a jamais changé de nationalité.
La créature ne régnait que sur un seul pays.
Le « titre » de la créature peut être assez facilement relié à une référence littéraire, cinématographique ou musicale.
Dans le contexte de l'énigme, il n'est pas faux de considérer que le titre de la créature est en rapport avec un lieu.
A nous de déterminer si la créature a eu plusieurs titres.
La créature est connue en dehors de son pays d'origine, elle est mondialement connue, mais pour un Français elle doit avoir beaucoup moins d'impact. Elle ne fait pas partie de notre culture ou de notre « imaginaire collectif » et si on demande à une personne lambda, il y a de grandes chances qu'elle ne la connaisse pas du tout.
Où a-t-on le plus de chance de rencontrer la créature ailleurs que dans son antre ? 1) dans un roman ? 2) dans un film ? 3) dans une BD ? 4) dans un jeu vidéo ? 5) dans une pièce de théâtre ? 6) sur wikipedia ? On peut trouver la créature dans toutes les propositions.
La créature a inspiré un roman (récent), qui lui a fait de la publicité, mais elle était déjà connue avant ce roman.
Il n'existe pas de photographies de la créature.
A la connaissance de l'auteur, la créature n'est pas l'emblème officiel d'un pays ou d'une organisation.
La créature est connue sous de multiples noms différents.
Il semble à l'auteur que le nom sous lequel la créature est la plus connue aujourd'hui est différent de son nom d'origine.
La créature est liée à un personnage historique.
Même si la créature semble sauvage et indomptable, elle a au cours de son histoire exécuté la volonté de son maître.
Un lion n'était pas le maître de la créature.
La créature joue un rôle dans une religion.
On ne peut pas se passer de la créature pour terminer la chasse.
Mais comprendre uniquement la créature, sans l'antre et la tour, n'est pas suffisant dans l'énigme.
Si on la bonne créature, le reste devrait normalement suivre assez vite (ce n'est pas la partie la plus difficile de l'énigme).
Si on identifié la créature et qu'elle est cohérente et utile, la majeure partie de l'énigme est comprise. En sortant de l'énigme il peut subsister des doutes, mais ils ne concernent pas la créature.
Une fois arrivé dans le pays de la créature, on doit y rester au moins jusqu'à la fin de l'énigme.
Que la créature soit vivante ou morte, ça ne devrait pas nous déranger pour retrouver sa trace.
On doit suivre « sa trace », mais ce n'est grâce à son empreinte (un pied, ses poils, ses excréments), un fossile ou un ossement.
En suivant sa trace, on saura rapidement s'il faut sortir du pays de la créature avant d'y revenir.
La trace de la créature est liée à un chiffre (unique).

<< L'ANTRE >>

La découverte de l'antre vient un peu après qu'on l'on ait vu la créature.
Une fois qu'on aura vu la créature il faut se préparer à un long voyage (virtuel) pour trouver son antre.
Il existe une représentation artistique de la route qui mène de là où règne la créature à la Tour (c'est incontestable).
Sa réputation artistique est elle alimentée par une ou plusieurs légendes ou bien, seule la créature a contribué à la gloire de cette route ? L'auteur ne peut pas entièrement répondre sans donner un élément qu'il ne veut pas dévoiler.
On peut donner un nom plus précis et plus juste à « la route ».
La route n'est elle qu'une route ? L'auteur est obligé de répondre « non ».
L'antre devait apparaître sous une forme ou une autre dans l'énigme, sans quoi elle aurait été bien différente.
L'antre de la créature est un élément physique tangible, il est unique dans le contexte de cette énigme.
Un animal (à poils, ou plumes, ou écailles, etc.) n'a pas accompagné la créature dans son antre.
L'antre n'a pas changé de nom au cours de l'histoire (l'auteur ne lui connaît qu'un seul nom).
L'antre était donc plutôt 1) caché 2) inaccessible 3) secrète 4) très ancien 5) autre. L'auteur préfère ne pas répondre pour 1), 2) et 3) mais trouve 4) et 5) assez justes.
L'antre est-elle une construction, un édifice ou un lieu naturel ? L'auteur a toujours refusé de livrer ce détail, on aura la réponse en trouvant l'antre.
L'antre a été découvert et identifié avant l'an 2000.
La découverte de l'antre ne constitue pas un événement important pour l'humanité.
L'antre est-il en France ? On peut trouver la réponse à cette question assez facilement, c'est une simple affaire de déduction.
L'antre ne se trouve pas dans un endroit trop difficile d'accès, mis à part qu'il existe certaines contraintes afin d'accéder à l'endroit en question.
On pouvoir voir l'antre sur une carte topographique assez précise.
L'antre est-il aujourd'hui proche d'une ou plusieurs frontières ? L'auteur préfère ne pas répondre.
L'antre n'est pas extraterrestre, il se trouve sur Terre.
L'antre n'est pas sous-marin.
L'antre de la créature est aujourd'hui une attraction touristique.
L'auteur ne pense pas que certaines personnes, du fait de leurs origines, refuseraient catégoriquement de visiter l'antre.
Dans le cadre d'une énigme et de manière poétique, on pourrait qualifier une cathédrale « d'antre ».
Il existe d'autres antres dans le pays qui contient celui qui nous occupe dans cette énigme, mais le nombre exact n'a aucune importance dans l'énigme.

<< LA TOUR >>

Quand on a trouvé l'antre, comprendre ce qu'est la Tour et où elle se trouve ne devrait normalement pas poser trop de problèmes.
Y a-t-il un endroit d'où l'on puisse apercevoir à la fois l'antre et la Tour ? Il y a un lien très particulier entre l'antre et la Tour qui fait que l'auteur préfère ne pas répondre.
La construction de la Tour est postérieure à la découverte de l'antre.
L'emplacement de l'antre a déterminé le choix du site de construction de la Tour.
Après avoir compté les 2396 saisons, la construction de la Tour ne vient pas de s'achever.
La distance entre l'antre et la Tour a toujours été la même, la Tour n'a pas changé d'emplacement.
L'antre et la Tour représentent deux choses distinctes, mais si on trouve l'une on trouve forcément l'autre.
On peut dire que la Tour permet de mieux voir l'antre et qu'elle contrôle l'accès à celui-ci.
Peut-on dire que la Tour est à l'intérieur de l'antre ? Ce n'est pas exactement la situation de la Tour !
Il est plus simple encore d'être sûr de l'antre ou de la Tour que d'être sûr de la créature, une fois qu'on a trouvé celle-ci.
On doit trouver la créature avant la Tour.
La Tour abrite la créature mais d'une certaine manière seulement car il y a une astuce.
La construction de la Tour a eu pour but principal d'abriter la créature, mais il faut tenir compte de la nature particulière de la créature dans le cadre de cette énigme.
Si on trouve la créature, on saura si elle est visible dans la Tour.
La Tour n'est pas un mausolée.
La Tour est une construction humaine, elle existe toujours aujourd'hui.
La Tour n'est présente que dans un seul pays, et elle n'est pas en France métropolitaine.
On ne peut pas dire que la Tour pouvait avoir une « sœur jumelle ».
L'auteur ne peut pas dire si la Tour est seule ou fait partie d'un « ensemble architectural ».
La Tour n'est pas restée inchangée depuis sa création.
Il faut s'acquitter d'un droit d'entrée pour visiter la Tour.
Le terme « la Tour » ne cache pas de concept extraordinaire, il est assez adéquat.
Il existe un terme plus précis que « la Tour ».
« La Tour l'abrite mais il faut la débusquer. » : « l'» et « la » se réfèrent-ils à la créature et son antre découverts auparavant ? Oui et non, il existe plusieurs interprétations cohérentes concernant cette phrase mais sa finalité est toujours un peu la même.
Le « l' » de « l'abrite » fait bien référence à la créature mais ce n'est pas tout, l'ambiguïté de la phrase est voulue.
Le verbe « débusquer » nous dit que la créature ne nous saute pas aux yeux tout de suite et qu'il faut la chercher.
« Elle révéla bien des choses » : « Elle » désigne la créature mais ce n'est pas tout, l'ambiguïté dans la phrase est voulue.
Les choses révélées concernent 1) la créature 2) des choses qui nous seront utiles pour la suite de la chasse 3) des choses qui nous confirment qu'on a trouvé la tour 4) rien de cela ? La proposition 4) est fausse.
A la fin de E2, on peut avoir une idée de la signification des deux dernières lignes ou ne pas encore les comprendre, ça n'a pas d'importance immédiate.



E3

ENIGME
Il existe une relation évidente entre E2 et cette énigme, qui sert soit à confirmer E2 soit à résoudre cette énigme.
Dans cette énigme on est « ailleurs » qu'en E2.
Est-on sur le même continent qu'en E2 ? Dans le même pays qu'en E2 ? L'auteur indique que la réponse à ces deux questions est facilement accessible.
Il y a au moins un oiseau dans l'énigme.
Il faut trouver combien de personnages réels ou fictifs sont à découvrir dans l'énigme.
L'énigme est codée à l'aide d'un alphabet, il existe forcément une raison à la présence de ce code telle que conforter le contexte de l'énigme ou participer à une fausse piste.
Ainsi on peut s'attendre à trouver un lien quelconque ou remarquable avec ce codage, comme un personnage, un lieu, une date, un événement, ou encore autre chose.

VISUEL
Le dragon est à interpréter dans son ensemble, il est indissociable du symbole présent sur son front.
Il faut en quelque sorte identifier le dragon.
Le symbole que représente le dragon devrait nous sembler logique.
Le dragon est en mouvement sur le visuel.
L'auteur conçoit difficilement qu'on puisse avoir la solution complète de l'énigme en ignorant le dragon.
Les singes sont représentés sur le visuel pour une raison simple.
Les singes ne sont pas là pour montrer qu'une ou plusieurs choses ont été « imitées ».
Les singes ne servent pas à définir une période.
Ce dont parle le texte peut se comprendre sans les singes.
Le fait que les singes ne semblent pas de prime jeunesse n'a aucune importance.
Le nombres de singes a son utilité.
Il n'est pas nécessaire d'identifier la nature de l'arbre.
Les singes ne sont pas les rivaux du dragon.
Le dragon ne combat pas quelqu'un que les singes n'osent pas combattre.
Les singes ne sont pas les serviteurs du dragon.
Le dragon ne méprise pas les singes.
Le dragon et les singes sont situés dans un lieu unique.
On peut dire que le corbeau, les singes et le dragon ont un point commun déterminant pour la résolution de l'énigme.

TITRE
Le titre n'est pas inspiré de caricatures (dessinées ou pas).
Le titre est là où il doit être, tant qu'on ne trouve pas « d'indications » nous dictant de le changer de place, il n'y a aucune raison de le faire.
Le corbeau représente un personnage historique ayant existé, mais il n'a rien de « légendaire » (on ne sait pas s'il est de nationalité française).
Le corbeau évoque un personnage dans le contexte de l'énigme, à nous de voir si c'est également le cas en dehors de ce cadre.
Pour trouver le corbeau il vaut mieux savoir compter et conter.
Dans son histoire, le corbeau est plutôt malheureux que chanceux.
Sous certaines conditions, le corbeau est localisable dans l'environnement géographique du dragon et des singes.
Le corbeau ne doit pas craindre le dragon.
On pourrait remplacer le terme « corbeau » par celui de « corvidé ».
Le sens du mot « branche » est assez facile à comprendre.

TEXTE
Dans l'énigme il n'y a pas d'ordre de résolution aussi strict que dans certaines des autres énigmes et au niveau du texte l'auteur nous conseille de considérer les paragraphes plutôt que les lignes.

MESURE
Il serait envisageable qu'il y ait plusieurs mesures différentes suivant les énigmes.
Si on devait utiliser une mesure dans une énigme, elle serait à découvrir dans cette même énigme ou dans celles qui la précèdent.
Il y a une part d'interprétation dans le décryptage de la mesure, cependant elle est liée à des informations qu'on doit normalement posséder.
La mesure se déduit d'au moins un texte et un visuel.
La mesure est connue et elle existait déjà bien avant le jeu.



E4

ENIGME
L'énigme a un lien direct avec au moins l'une des énigmes qui la précède.
Un roman ne nous aidera pas à comprendre l'énigme.

VISUEL
On a déjà rencontré l'oiseau auparavant.
La nature de l'oiseau est importante, c'est à nous de la découvrir.
L'auteur précise que la couleur de l'oiseau n'est pas aussi claire qu'on pourrait le croire, mais cela n'a pas énormément d'importance dans l'énigme, c'est un détail.
L'oiseau symbolise uniquement un personnage.
La représentation du serpent aurait pu être plus détaillée.
La gueule ouverte du serpent est un détail, il n'a rien de capital.
Le serpent est immobile, il ne rampe pas dans une forêt.
Un autre animal que le serpent aurait pu être utilisé, mais ce dernier convenait parfaitement à l'auteur.
L'oiseau et le serpent ont une dimension symbolique.
L'arbre mort est plutôt symbolique que réaliste.
Il est important que l'arbre soit mort.
L'arbre mort n'est pas issu de la forêt dévastée de E5.
L'arbre mort n'évoque pas la fin du monde.
Que l'arbre ait produit des fruits avant de mourir n'a pas d'importance dans l'énigme.
On ne peut pas dire que l'arbre protège du serpent, mais l'auteur ne veut pas dire si l'arbre est mort à cause du serpent.
Le « G » gravé sur l'arbre mort peut être compris de la même manière que le « S » de « Serpent » et le « L » de « Lugdunum ».
L'auteur fait une différence entre « G » et « g ».
Le « G » ne représente pas deux « choses » dans le conflit entre l'oiseau et le serpent.

TITRE
« Mille fois » est un terme exact.
Le mot « cîme » comporte une faute d'orthographe, il s'agit d'un clin d'œil dont on n'a pas à se soucier.
La « cîme » ne se trouve pas à Lugdunum (l'auteur n'a pas souhaité dévoiler sa nature).
Il vaut mieux éviter de tomber dans « l'abîme », mais on ne risque ni la mort ni aucune torture si on tombe dedans.

TEXTE
« Lugdunum » est un terme bien connu, et en restant simple on n'aura normalement aucun mal à découvrir ce qui se cache derrière.
« Tu » s'adresse au lecteur.
« Les extrêmes » sont deux choses distinctes mais de même nature.
Quand les extrêmes nous repoussent, on est sur la terre ferme.
La visée peut déterminer une zone assez large ou un lieu précis, cela dépend entièrement de nous.
On connaît la valeur de la mesure avant d'avoir entièrement décrypté cette énigme.
Le « Serpent » comporte une majuscule, ça a un rôle à jouer.
Le Serpent n'a pas déjà été rencontré auparavant sous la même forme.
On n'a pas entendu siffler le Serpent dans une énigme précédente.
Le Serpent n'a pas de frère jumeau.
Si le Serpent était un fleuve l'auteur pourrait dire qu'il est immobile, néanmoins le Serpent n'a pas la taille d'un fleuve.
Le Serpent et le serpent du visuel sont-ils deux « choses différentes » ? Oui et non.
On n'a pas rencontré la destination de l'énigme dans les énigmes précédentes.
L'énigme nous donne une direction à suivre, à nous de trouver sous quelle forme.



E5

ENIGME
Au terme de E5 on se situe dans un lieu découvert dans cette énigme.

VISUEL
La forêt est détruite, ce n'est pas une affaire de catastrophe naturelle, l'homme tient sa part de responsabilité dans cette histoire.
Le personnage est un homme.
Il ne risque pas sa vie, et sa promenade en forêt ne peut pas être considérée comme dangereuse.

TITRE
Le vol originel a-t-il entraîné pour celui qui l'a fait une punition ou bien la mort ou autre chose ? Au moins deux des propositions sont correctes.

TEXTE
« Les Précurseurs » ne désignent pas une seule entité à caractère multiple (par exemple le Mémorial d'Iwo Jima).
La nature et les actions des « Précurseurs » sont deux aspects qui ont un certain intérêt.
Il y a moins de 10 « Précurseurs », mais l'auteur n'a pas souhaité dévoiler leur(s) nationalité(s).
C'est le choix que l'on fait qui permet de cibler notre chemin.
Ce choix peut se matérialiser sur la carte de France.
Si le doute existe entre plusieurs localisations portant le nom de notre choix, comment être sûr de cibler le bon chemin ? La réponse à cette question se trouve dans l'énigme.
Doit-on atteindre la cible pour continuer notre chemin ? Cette proposition pourrait, d'une certaine manière, s'appliquer.
Après avoir fait notre choix et ciblé notre chemin, doit-on s'arrêter définitivement sur le chemin après 12930 secondes en direction de ce choix ou doit-on continuer, après cet arrêt, jusqu'à atteindre ce choix ? Aucune des deux propositions ne reflète fidèlement la réalité de la situation, il y a une petite astuce dans ce passage.



E6

ENIGME
Si on pense que E6 ne sert qu'à confirmer quelque chose déjà trouvé dans E5, on a raté quelque chose.
Le secret de E6 est important.
Il n'existe pas de lien entre cette énigme et les masses atomiques.

VISUEL
Les trois éléments du visuel (sablier, géant, autre personnage) sont chacun dotés d'une importance différente et par conséquent nous n'accorderons pas une attention identique à chacun d'entre eux. Autrement dit, l'un d'entre eux nous aidera plus que les autres.
On assiste sur le visuel à une confrontation, comme un duel entre le géant et l'autre personnage.
Le géant sur le visuel fait écho à l'autre personnage, il représente un personnage et en même temps il est symbolique.
L'autre personnage tient un objet dans sa main droite, et il ne tient qu'un seul objet en tout.
« L'homme de Syracuse » est représenté sur le visuel.

TEXTE
La pensée de « l'homme de Syracuse » a un lien direct avec l'énigme et elle est assez facile à retrouver.
On peut trouver cette pensée sans décrypter « HMKODHN ».
Il n'existe aucun rapport entre le mot « opération » et le principe de masse solaire.
« Tu répéteras l'opération » a plutôt comme sens d'effectuer plusieurs fois l'opération que de refaire une opération qu'on a déjà effectuée dans une énigme antérieure.
« Tu répéteras l'opération par myriades » est à prendre au pied de la lettre ou bien n'est-ce qu'un indice pour trouver la pensée de l'homme de Syracuse ? Il y a d'autres possibilités, à nous de trouver la (ou les) bonne(s).
La compréhension des « limites usuelles » est importante pour la résolution de l'énigme.
Les « limites usuelles » sont-elles plutôt géographiques ou mathématiques ? La réponse à cette question est dans l'énigme.
Le « bon outil » a le sens de « bon moyen », « bon instrument » et cette expression recouvre aussi, en quelque sorte, un objet concret.
L'auteur n'a pas inventé la méthode utilisée pour le cryptage de « HMKODHN », on pourrait donc la retrouver dans des ouvrages consacrés à la cryptographie.
Le décodage n'est pas particulièrement facile, il demande beaucoup de réflexion et de justesse, c'est un passage indispensable et important dans la chasse donc il peut devenir un point de blocage.
La clé pour décrypter « HMKODHN » n'est pas sous nos yeux en toutes lettres sans qu'on parvienne à la voir.
On ne peut pas décrypter « HMKODHN » grâce à un indice trouvé dans la même énigme, mais l'auteur refuse de dire si l'indice provient de l'énigme précédente.
Il existe, en quelque sorte, un indice dans E6 permettant de savoir dans quelle énigme se trouve l'indice pour décrypter « HMKODHN ».
Le décryptage de « HMKODHN » n'est pas la première chose à faire dans l'énigme, il ne se fait pas en plusieurs étapes et il est utile pour cette énigme.
Il y a un truc à comprendre et un tout petit peu de recherche à faire.
Il est possible de résoudre l'énigme sans décrypter « HMKODHN », mais il nous manquera des données par la suite.
Quand on aura le mot caché derrière « HMKODHN », on n'hésitera pas sur sa nature.
A ce moment-là l'énigme sera quasiment finie.



E7

ENIGME
On sait où on se trouve quand on aborde l'énigme.

VISUEL
Les nombres du visuel n'ont pas vocation à légender précisément ce qui est représenté sur ce visuel.
Ils sont à décrypter grâce à l'une des énigmes précédentes.
Le résultat est un seul mot, et on n'a pas déjà trouvé ce mot en résolvant une énigme précédente.
Ce mot n'apparaît pas sur le « plan ».
Les deux créatures sont symboliques, leur « utilité » vient plutôt vers la fin de l'énigme.
On ne peut pas considérer que les créatures sont les concepteurs du « labyrinthe » au-dessus de leurs têtes.
Le « labyrinthe » se rapporte plutôt au début de l'énigme, mais on ne sait pas s'il est purement symbolique.

TITRE
On n'a pas rencontré le « gardien madéfié » avant cette énigme.
Le gardien est madéfié à cause de sa « nature » et de son « environnement » (à cause de l'un plus que de l'autre).
L'identité du gardien est l'un des enjeux de cette énigme.
Le gardien est un « point de passage » obligé, il est utile dès qu'on le découvre.
Le gardien ne peut pas aider au décryptage des nombres du premier paragraphe.
L'auteur refuse de dire si le gardien est un personnage ou s'il est minéral.
Le gardien garde quelque chose mais c'est à nous de trouver quoi.

TEXTE
Les phrases sont codées dans l'ordre de lecture.
Il faut décrypter les 2 codages, ils sont indépendants et utilisent des méthodes différentes (ils ne sont en rien comparables).
L'auteur ne peut pas dire si on a besoin de l'aide d'une seule énigme ou de plusieurs pour décrypter les codages.
Le premier décodage de l'énigme et celui de « HMKODHN » dans E6 nécessitent de la recherche mais ils s'abordent vraiment différemment.
« HMKODHN », une fois compris, ne sert pas à décoder les phrases.
Le premier décodage est propre à la chasse et nécessite beaucoup d'astuce.
Ce n'est pas la première chose à faire, mais cela vient tôt dans l'énigme.
Si on bloque trop longtemps sur les nombres, l'auteur conseille de revenir en arrière.
Le décodage donne le nom du père : un seul mot ne dépassant pas 11 lettres.
Le « e » dans le premier codage représente bien la lettre « e ».
Il y a peu de chances de trouver le nom du père sans la logique de cryptage.
Si on a le nom du père, on peut avancer dans l'énigme sans avoir décrypté le nom du visuel.
On comprendra pourquoi les nombres sont soulignés une fois le décryptage effectué.
Les nombres soulignés ont un rapport indirect avec le gardien.
La première phrase de l'énigme donne un indice sur l'identité du gardien directement ou indirectement.
On a tort si on pense que cette phrase ne sert en rien aux 2 décodages.
On ne peut pas dire que le « cyclone » nous est familier grâce au décryptage final d'une énigme.
Le cyclone n'est ni un lieu à localiser ni un événement, à nous de déterminer s'il s'agit d'un personnage.
La phrase « la haine a laissé place à la paix » a son importance dans l'énigme.
Un jeu de mots dans une énigme est de l'ordre du possible.
On ne peut pas remplacer « la paix » par « l'amour » sans nuire au décryptage de l'énigme.
Le « plan » aide pour le décodage des nombres du premier paragraphe.
Le plan est à la fois géographique et rédactionnel, on sait de quoi il en retourne quand on arrive devant ce problème.
Le plan n'est pas de 36 lettres.
Pour lire le plan, il n'est pas nécessaire de savoir compter plus loin que 36.
Le nombre total de caractères sur le plan serait-il plutôt inférieur ou supérieur à 100 ? Cela ne s'applique pas pour cet élément.
On aura « le point de départ » du plan par la force des choses.
Le gardien ne figure pas sur le plan.
Le lieu où « le fils » aurait pu vivre ne se trouve ni dans le codage situé sous le visuel ni dans une ligne du première paragraphe, à nous de trouver si ce lieu est en France.
Le fils et le père n'étaient pas français.
Le père n'est pas aussi célèbre que le fils.
Aucun des deux n'est « le héros ».
La résolution du premier paragraphe permet de trouver, en quelque sorte, une direction.
Il faut considérer que le cryptage dans les deuxième et troisième paragraphes n'a pas d'autre fonction que de nous empêcher de lire le texte en clair.
On ne peut pas résoudre les deuxième et troisième paragraphes sans avoir résolu le premier.
« Avant que le héros ne parte » : sa date de départ n'est pas importante.
La « destination » du héros a de l'importance, il part vers un lieu qu'il connaît bien (mais on ne sait pas si c'est dans son pays d'origine).
Le héros est très célèbre, mais l'auteur n'a pas dévoilé son époque.
Le héros mérite ce titre indépendamment du jeu, on ne peut pas dire que son statut de héros est limité par des frontières.
Le gardien a un rapport avec le héros autre que le fait d'appartenir à la même énigme.
On peut décrypter les nombres du deuxième paragraphe sans avoir pris connaissance du troisième.
Même si on est de taille, on ne peut pas voir « 3830-3831-3639 » écrit sur le plan.
« 3830-3831-3639 » n'apparaît pas non plus sur la carte de France.
C'est à nous de découvrir si les « 5 frères » sont des connaissances du héros.
Il n'est pas nécessaire de connaître l'identité des 5 frères pour décrypter les nombres des deuxième et troisième paragraphes.
La résolution du partage entre frères est utile pour la chasse, à nous de voir si cela sert directement dans l'énigme ou si on doit garder cet élément pour plus tard.



E8

TEXTE
La première ligne du texte aide à découvrir ou confirmer ou déduire un détail important pour cette énigme.
Il est correct de dire que l'exploration des ruines est la conséquence du choix qui nous est imposé.



E9

VISUEL
Le coffre n'est pas vide.
On a déjà rencontré auparavant le coffre sous une forme ou une autre.



E10

CACHE
C'est une contremarque qui est enterrée et non le diamant dans son écrin.
L'auteur avait vérifié la cache en 2015 (aucun changement constaté).