Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Un million de chemins...
#21
Dans le fond on est tous d'accord  Big Grin
La solution est une chose ou un ensemble de choses en fonction de la composition de l'énigme

Donc une solution n'est pas forcément que le lieu ou on se situe à la fin mais aussi les éléments que nous avons réussi à déduire qui nous permette de conclure ladite énigme, non ?
Redeye63
Répondre
#22
(2020-12-28,22:20)zarquos a écrit : La lumière et le bon chemin c'est hors solution, c'est "Ce qu'il faut faire de la solution".

Cette distinction de Max entre "solution" et "ce qu'il faut faire de la solution" est quand même un peu tordue... S'il faut impérativement faire quelque chose de la solution, alors, par définition, cela fait aussi partie de la solution. 

Mais Max devait avoir ses raisons. Ce qu'il appelle les "solutions" des énigmes correspond peut-être à des choses d'une nature particulière et revêtant un intérêt particulier dans la chasse, ou alors sa définition des solutions est dûe à sa définition des reliquats qui sont des éléments "ayant indirectement servi à trouver les solutions". Le fait de restreindre la définition des solutions aux décryptages bruts pourrait avoir pour but de nous éviter de chercher les reliquats dans ce que nous avons fait de ces décryptages bruts.

Mais il peut aussi avoir fait cette distinction pour se rattraper aux branches après avoir lâché qu'il n'y avait qu'un seul lieu à trouver en 470, afin de nous mettre le doute : un seul lieu à trouver pour la solution, mais pour ce qu'il faut en faire, à vous de voir !  Mouais... Dodgy
Répondre
#23
Ça passe toujours mal cette histoire de solution / ce qu'il faut faire de la solution en 470 Tongue

Mais bien cerner les solutions (et savoir les dénombrer) fait partie du travail à faire dans ce jeu :

Citation :QUESTION No 43 DU 1996-09-04
--------------------------------------------------------------------------------
TITRE: OVERKILL ?!? REPETITION
PARDON, LE BIAIS PERMETTANT DE CONFIRMER QUE LA 520 EST LA DERNIERE ETAIT INVOLO NTAIRE. MA QUESTION "OVERKILL?!?" RESTE LA MEME MAIS EN REMPLACANT "520" PAR "LA TOUTE D ERNIERE ENIGME". MERCI - VULCAIN, AU RABIOT ...
--------------------------------------------------------------------------------
CE N'EST PAS LA DERNIERE ENIGME STRICTO SENSU QUI VOUS DONNE LA ZONE, MAIS UN ENSEMBLE DE SOLUTIONS RECOLTEES DE- PUIS LE DEBUT DU JEU. JE NE PEUX PAS VOUS DIRE COMBIEN, MAIS JE CONFIRME QUE VOUS AVEZ LA ZONE A LA FIN DE LA 11EME. AMITIES -- MAX
Répondre
#24
Le nombre est connu : 11 énigmes --> 11 solutions, mais toutes ne servent pas à trouver la zone. Par exemple, on ne peut pas dire que la B n'a pas de solution, même si elle ne sert pas à trouver la zone. 

Il s'embrouille entre la définition de "solution d'une énigme" et son concept de solution dans le cadre de ce jeu qui correspond à quelque chose de bien précis (ce que j'entendais par "choses d'une nature particulière et revêtant un intérêt particulier dans la chasse").
Répondre
#25
(2020-12-29,00:29)crew a écrit : Le nombre est connu : 11 énigmes --> 11 solutions, mais toutes ne servent pas à trouver la zone.

Oui c'est évident, mais la B est "hors jeu" puisqu'elle ne donne que l'ordre des énigmes et la solution de la 11ème énigme c'est la zone elle-même, elle ne peut pas participer à sa propre détermination. Il reste bien 9 solutions à collecter (sans rentrer dans le détail de ce qui sert effectivement ou pas, c'est un schéma très général).

Il semblerait étonnant par exemple que CARIGNAN puisse intervenir en sa qualité de solution alors que ce n'est qu'un résultat intermédiaire, par contre il pourrait héberger un reliquat en sa qualité de décryptage primaire.

A débattre... ^^
Répondre
#26
Cet exemple de Carignan est intéressant.
Carignan nous permet de trouver la spirale et Roncevaux nous permet de trouver la lumière. Alors qu'est-ce qui nous permet de dire que Carignan n'est qu'un résultat intermédiaire mais que Roncevaux est une solution (à part les madits évidemment...) ?
Pourquoi ne pourrait-on pas imaginer que Carignan puisse être la solution de la 500 et que trouver la spirale est ce qu'il faut faire de cette solution ?
Et pourquoi ne pourrait-on pas imaginer que Roncevaux puisse n'être qu'un résultat intermédiaire qui nous permet de trouver la solution lumière ?
Répondre
#27
(2020-12-28,18:11)Redeye63 a écrit : […] Pensez-vous, qu'il soit possible qu'une énigme ait 2 solutions indépendantes mais complémentaires ? […]

C’est une question intéressante.

Évidemment, on peut toujours dire que chaque énigme a une solution, et c’est ce que dit Max. Mais il y a quand même plusieurs aspects à prendre en compte, qui montrent aussi la diversité des énigmes — tout du moins d’après les décryptages que j’ai effectués.

Premièrement, la solution peut être composée de plusieurs éléments.

Soit ces éléments proviennent de la même « ligne » de décryptage, c’est-à-dire d’un raisonnement cohérent tenu du début à la fin de l’énigme menant à une seule issue, soit alors ils proviennent de plusieurs lignes de décryptage, c’est-à-dire de plusieurs raisonnements cohérents, dont les points de départ sont différents, et qui mènent à autant d’issues distinctes.

J’ai rencontré ce dernier cas (plusieurs lignes de décryptage) dans une seule énigme, et je pense qu’il correspond assez bien à la formulation que tu soumets (même si on peut discuter du terme « solution ») : « 2 solutions indépendantes mais complémentaires ». Notamment, « complémentaires » est bien dans ce cas le qualificatif idoine.

Deuxièmement, les étapes intermédiaires au cours d’une ligne de décryptage peuvent simplement se succéder, ou bien présenter une bifurcation pour ensuite converger.

Ce dernier cas s’est présenté à moi dans une seule énigme, et je ne suis pas certain de l’utilité de la deuxième branche, autrement que confirmer la solution donnée par la première branche (ou de montrer la voie, ça dépend dans quel ordre on les trouve). Dans cette énigme, j’ai trois décryptages initiaux distincts A, B, C (chacun issu soit du texte soit du visuel). La première branche m’est donnée par la combinaison de A et B, et la deuxième branche par la combinaison de A et C.

Troisièmement, j’observe que la solution « suffisante » d’une énigme (soit l’ensemble des éléments qui permettra de résoudre les énigmes suivantes) ne constitue pas forcément l’entièreté de la solution.

Par exemple, je pense avoir trouvé hier la raison pour laquelle il faut se hâter en 420, ainsi que la raison pour laquelle il faut ne pas s’attarder en 560. Ces deux conseils sont (si l’on en croit mes décryptages) inutiles pour résoudre chacune de ces deux énigmes et poursuivre, c’est-à-dire qu’ils pourraient très bien en être absents : ils ne font que confirmer chacun un point de passage de ces deux énigmes. La question est de savoir s’il y a un rapport avec le « saupoudrage » des reliquats… On sait que Max se plait à dire qu’il faut tout résoudre (« essorer » les énigmes), pour trouver la chouette…
Répondre
#28
(2020-12-29,01:05)crew a écrit : Cet exemple de Carignan est intéressant.
Carignan nous permet de trouver la spirale et Roncevaux nous permet de trouver la lumière. Alors qu'est-ce qui nous permet de dire que Carignan n'est qu'un résultat intermédiaire mais que Roncevaux est une solution (à part les madits évidemment...) ?
Pourquoi ne pourrait-on pas imaginer que Carignan puisse être la solution de la 500 et que trouver la spirale est ce qu'il faut faire de cette solution ?
Et pourquoi ne pourrait-on pas imaginer que Roncevaux puisse n'être qu'un résultat intermédiaire qui nous permet de trouver la solution lumière ?

Ce que tu dis est intéressant.

J'ai mon tout 470 "solution" et lumière "ce qu'il faut faire de la solution".
Mais :
- 2424 "résultat intermédiaire" et SAQC "solution".
- Là 420 "résultat intermédiaire" et cible d'Apollon "solution".
- Carusburc "résultat intermédiaire" et nef encalminée "solution".

Les madits semblent globalement confirmer.

Mais mon tout 470, 2424, là 420 et Carusburc ont un fonctionnement relativement similaire et devraient donc en toute logique avoir la même étiquette.
C'est pas super cohérent tout ça 116
Répondre
#29
(2020-12-29,12:24)zarquos a écrit :
(2020-12-29,01:05)crew a écrit : Cet exemple de Carignan est intéressant.
Carignan nous permet de trouver la spirale et Roncevaux nous permet de trouver la lumière. Alors qu'est-ce qui nous permet de dire que Carignan n'est qu'un résultat intermédiaire mais que Roncevaux est une solution (à part les madits évidemment...) ?
Pourquoi ne pourrait-on pas imaginer que Carignan puisse être la solution de la 500 et que trouver la spirale est ce qu'il faut faire de cette solution ?
Et pourquoi ne pourrait-on pas imaginer que Roncevaux puisse n'être qu'un résultat intermédiaire qui nous permet de trouver la solution lumière ?

Ce que tu dis est intéressant.

J'ai mon tout 470 "solution" et lumière "ce qu'il faut faire de la solution".
Mais :
- 2424 "résultat intermédiaire" et SAQC "solution".
- Là 420 "résultat intermédiaire" et cible d'Apollon "solution".
- Carusburc "résultat intermédiaire" et nef encalminée "solution".

Les madits semblent globalement confirmer.

Mais mon tout 470, 2424, là 420 et Carusburc ont un fonctionnement relativement similaire et devraient donc en toute logique avoir la même étiquette.
C'est pas super cohérent tout ça 116

Je pense qu'il y a un cheminement dans les énigmes. Une sorte d'évolution de ce qu'il faut y trouver. En 470 on cherche la lumière et c'est la solution. On a acquit une méthode pour avoir obtenu "mon tout", on peut donc se débrouiller désormais tout seul pour trouver ce type de solution. On passe donc à la vitesse supérieure. L'équivalent de Roncevaux dans une autre énigme ne sera donc plus solution car il appartient dorénavant à notre bagage, notre caisse à outil. Notre caisse à outil nous permet alors de trouver l'équivalent de Roncevaux qui devient "résultat intermédiaire" et une nouvelle méthode s'acquière pour donner un nouveau type de solution et ainsi de suite sans qu'il y ait forcément une exacte linéarité dans ce processus. On peut accumuler les méthodes pour les utiliser plus tard.
"Les chouetteurs sont comme les chiffres ; ils n'acquièrent de valeur que par leur position."
Répondre
#30
(2020-12-28,10:32)Redeye63 a écrit : @Puymasit,
Salut, je parlais du personnage Blaise, qui pour toi se cache derrière le sage de la 530 mais se découvre plus tard.
J'ai bien entendu une utilité pour ces 3 mots (sage/verité/devin) mais pas de Blaise pour le moment...
Ce qui est intéressant (pour moi) avec le sage Blaise Pascal, c'est justement le fait de le découvrir plus tard. Une sorte d'effet cliquet qui crée de l'assurance à la piste.
Depuis les madits, on sait que le triplet 530, 780, 470 forme un ensemble (départ, direction, destination) mais en imaginant un instant un monde sans les madits, n'est-il pas rassurant qu'un élément 530 se révéle par la solution de la 470 ?
Répondre


Atteindre :