Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Micromégas
#1
Cette œuvre de Voltaire mérite bien un traitement à part :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Microm%C3%A9gas
https://fr.wikisource.org/wiki/Microm%C3...xte_entier

Beaucoup de choses intéressantes à développer Smile

On peut commencer par le premier chapitre, dans lequel on trouve des mesures.


CHAPITRE I

Citation :notre globe a neuf mille lieues de tour

Voltaire donne la circonférence de la Terre (CT) : 9000 lieues (communes).

Rappel du CDC v1 : 13469696 (arrondi calculatrice) * 0,33 m = 4445 km.
Lieue (commune) = 4,445 km, définition : 1/25ème d'un degré de la circonférence terrestre (360°).
Mille lieues.

La valeur donnée par Voltaire est donc rigoureusement juste : 25 * 360 = 9000 !

Voltaire compare également la taille des différents astres :

Citation :il faut absolument que le globe qui l’a produit ait au juste vingt-un millions six cent mille fois plus de circonférence que notre petite terre

CSirius = 21 600 000 CT.

Citation :Saturne n’est guère que neuf cents fois plus gros que la terre

Ici il s'agit d'une comparaison en volume.

RSaturne = coeff * RT.
VSaturne = 4/3 PI (RSaturne)^3 = 4/3 PI (coeff * RT)^3.
VSaturne = VTerre * (coeff)^3.

coeff pour la chouette = 9,46.
coeff donné par Voltaire = 9,655.

L'estimation est plutôt bonne pour l'époque.


Cette œuvre constitue en fait une très bonne introduction à la mesure planétaire Cool
Répondre
#2
CHAPITRE II

Citation :Hélas ! nous ne vivons, dit le Saturnien, que cinq cents grandes révolutions du soleil. (Cela revient à quinze mille ans ou environ, à compter à notre manière.)

Dans ce chapitre Voltaire donne une valeur de la période de révolution de Saturne autour du Soleil.

Environ 15000 ans / 500 = 30 ans.

La valeur utilisée dans la chouette est 29 ans et 167 jours.
Là encore c'est une estimation plutôt bonne pour l'époque.

Cette œuvre est décidément un bon prélude à la 420 Cool
Répondre
#3
CHAPITRE III

Quelques passages intéressants.

Le voyage de Micromégas « le géant » qui s'est d'abord déplacé de Sirius jusqu'à Saturne et du secrétaire de l'Académie de Saturne « le nain » les mène jusqu'à la Terre, en passant par Jupiter et Mars (qu'ils laissent un peu de côté du fait de sa petite taille).

   

Citation :Cependant nos deux curieux partirent ; ils sautèrent d’abord sur l’anneau, qu’ils trouvèrent assez plat, comme l’a fort bien deviné un illustre habitant de notre petit globe

En 1655 Christian Huygens (1629-1695) découvrait les anneaux de Saturne Smile
https://fr.wikisource.org/wiki/La_D%C3%A...ar_Huygens

Citation :En sortant de Jupiter, ils traversèrent un espace d’environ cent millions de lieues, et ils côtoyèrent la planète de Mars, qui, comme on sait, est cinq fois plus petite que notre petit globe

Encore une comparaison de planète en volume : Mars environ 5 fois plus petite que la Terre.

On en déduire le coeff appliqué à Mars : racine cubique (0,2) = 0,585.
Valeur du coeff dans la chouette : 0,53.
C'est pas déconnant.

Les 2 voyageurs débarquent sur Terre le 5 juillet 1737.

C'est intéressant car ça fait encore une fois de la Terre la planète de référence dans la 500, et en plus c'est une bonne date d'un point de vue chronologique :
Traité des Pyrénées 1659 < 1737 < Débarquement de Napoléon à Golfe-Juan 1815.
Répondre
#4
CHAPITRE IV

Micromégas « le géant » et le secrétaire de l'Académie de Saturne « le nain » se disputent : pour le nain il n'y a rien sur cette planète et avance une paralogique digne de la chouette. Le géant est plus prudent et plus sage dans son approche : le « point de vue de Sirius ».

Micromégas casse son collier de diamants qui tombent sur le sol. Le nain s'aperçoit que ce sont de bons microscopes.
Avec un peu d'ajustement ils découvrent une baleine et s'en amusent.

Et aussi... un bateau de philosophes revenant du cercle polaire !

Citation :Les deux voyageurs inclinaient donc à penser qu’il n’y a point d’esprit dans notre habitation, lorsqu’à l’aide du microscope ils aperçurent quelque chose d’aussi gros qu’une baleine qui flottait sur la mer Baltique. On sait que dans ce temps-là même une volée de philosophes revenait du cercle polaire, sous lequel ils avaient été faire des observations dont personne ne s’était avisé jusqu’alors.

Citation :En 1732, Maupertuis répand les théories de Newton dans Discours sur les différentes figures des astres, ce qui lui vaut l'admiration de Voltaire. En 1736 et 1737, il mène une expédition en Laponie qui permet, en comparant les mesures de deux degrés de méridien (l'un en France, l'autre dans le grand nord), de confirmer une déduction de Newton : la terre est aplatie aux pôles. Voltaire parle de ce voyage dans les Éléments de la philosophie de Newton, puis dans Micromégas.

La mesure d'un degré de méridien ! Smile

D'ailleurs il y a de nouveau une allusion à la circonférence de la Terre dans ce chapitre :

Citation :Les pas ordinaires du Sirien et de ses gens étaient d’environ trente mille pieds de roi ; le nain de Saturne, dont la taille n’était que de mille toises, suivait de loin en haletant ;

Citation :Comme ces étrangers-là vont assez vite, ils eurent fait le tour du globe en trente-six heures ; le soleil, à la vérité, ou plutôt la terre, fait un pareil voyage en une journée ; mais il faut songer qu’on va bien plus à son aise quand on tourne sur son axe que quand on marche sur ses pieds.

1 pas sirien = 30000 pieds de roi = 30000 * 0,3248 m ~ 10 km (en arrondissant).
CT = 40000 km parcourus en 36 heures.
Soit une vitesse moyenne de ~ 1000 km/h (en arrondissant aussi).

La Terre tourne plus vite sur elle-même, mais c'est plus facile pour elle comme le fait remarquer Voltaire.
Répondre
#5
CHAPITRE V

Ce chapitre se résume essentiellement à une tirade de Voltaire sur la guerre qu'il juge ridicule.

Les hommes sont des atomes, et les hommes de guerre visés par Voltaire sont des "infiniment petits" :

Citation :Je ne doute pas que si quelque capitaine des grands grenadiers lit jamais cet ouvrage, il ne hausse de deux grands pieds au moins les bonnets de sa troupe ; mais je l’avertis qu’il aura beau faire, que lui et les siens ne seront jamais que des infiniment petits.

C'est une dénomination qu'il faudra que je pense à recaser Big Grin
Répondre
#6
CHAPITRE VI

Une discussion assez amusante entre les 2 voyageurs et les hommes de l'équipage, des "atomes intelligents" que les géants arrivent maintenant à discerner avec leurs microscopes (et à entendre).


CHAPITRE VII

La discussion se poursuit et devient philosophique, avec au passage un coup de canif sur l'absurdité de la guerre et la vanité des hommes.


RELATIVISME

C'est ce qui constitue à mon sens le noyau dur de cette œuvre : l'opposition du "grand" et du "petit", tout est relatif et n'est qu'une question de point de vue.

Citation :Le nom du personnage principal est composé de deux mots grecs : mikros petit ») et megas grand »). Chaque composant de l'univers est un micromégas, à la fois grand par rapport à plus petit que lui et petit par rapport à plus grand. Le livre est une leçon de relativisme : le grand et le petit n'ont rien d'absolu. La croyance en un absolu fait naître des préjugés. À la fin du conte, Micromégas laisse aux hommes un livre qui doit leur permettre de voir « le bout des choses ». Ce livre est tout blanc, car le savoir n'est ni absolu ni définitif : il n'épuisera jamais la réalité, il restera toujours relatif.

Dans la 500 nous avons aussi un micromégas, et même un couple à l'instar du « nain » et du « géant » : le Petit Paris invisible sur la carte et l'immense Paris, la capitale de la France. Le Petit Paris n'existe pas en apparence, sauf si on se donne la peine de se procurer un microscope, à la façon des 2 voyageurs.

C'est la méga astuce, l'astuce micromégas.

Je retiens aussi le contexte des planètes et des mesures qui s'inscrivent parfaitement entre la 780 présentant la mesure et son unité - le mètre valant par décret la circonférence de la Terre divisée par 40 millions - et la 420 qui met en scène les planètes et leurs périodes de révolution.
Répondre
#7
@zarquos : j'aime assez ta relecture de Micromégas. 
Même si j'aurais tendance à vouloir défendre l'intérêt de l'oeuvre d'abord et avant tout pour la 500 (avancer sur l'identitification de la solution historique). 
On peut tout de même noter que pour celui qui reconnait la présence de Micromégas en 500 alors, une fois en 420, le tryptique 600-500-420 résonne assez bien autour de l'oeuvre : 
  • cryptage (masse) élements - Micromegas - cryptage (durée de révolution) planetes 
  • ordre de grandeur 10^-11m - Micromegas - 10^11m distance moy. Terre-Soleil

NB : A titre plus personnel, avec le maréchal de Turenne au coeur de ma 600, ton rappel du chapitre V... c'est du sur-mesure !
Répondre
#8
Je n'avais jamais lu Micromégas mais je le conseille aux chercheurs car la lecture des chapitres est vraiment rapide, c'est du même tonneau que de lire une fable de la Fontaine.

Les principaux éléments étaient connus depuis longtemps, mais je ne savais pas qu'il y avait autant de références aux planètes et aux mesures, c'est vraiment du pain béni. Gimemere avait fait remarqué que dans le cadre de la mesure planétaire le passage de la 780 à la 420 était trop abrupt et c'est vrai que c'est un peu brutal, mais avec ce chaînon manquant le passage de la 780 à la 420 devient beaucoup plus fluide.
Répondre
#9
La lecture des textes est souvent très rapide et très enrichissante. Dans la même veine, lire ou relire "Les étoiles" de Daudet.
Répondre
#10
C’est plaisant et ça n’a pas pris une ride
Répondre


Atteindre :