Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
La mesure
#11
Citation :22/7 pi approximatif donné par 47.

J'essaie de voir le lien, et à part 4+7=11, je ne trouve pas... Tu fais comment pour lier 22/7 à 47 ?
Répondre
#12
2+2 =4

Car si on prend la vraie valeur de PI on tombera jamais sur un chiffre rond. Vois mon sujet sur études des chiffres
Répondre
#13
Allez, histoire de se détendre un peu, je reviens en 780.
L'idée est d'analyser (version torture) le texte de la 780. Vifsorbier et d'autres ont déjà évoqué le sujet.
Je vais essayer de pousser le bouchon un peu plus loin.
L'idée m'est venue après avoir regardé une vidéo sur la quadrature du cercle qui rappelait, entre autre, que les constructions à la règle et au compas se font avec une règle non graduée (sinon c'est de la triche Tongue ) et il se trouve que je n'ai jamais vraiment apprécié de mesurer sur le visuel la valeur de la mesure (même si la valeur 33cm est quand même présente dans le CDC v1).
Alors voila, le problème étudié dans ce post : comment déterminer la mesure à la règle (non graduée comme dans les constructions d'Euclide) et au compas ?

Le titre "Premiers pas..." évoque peut-être le premier pas dit "pas Hélène" de 74 cm. Le titre évoque donc les chiffres 7 et 4 que l'on retrouve aussi comme métrique dans les vers du texte.
7 et 4 qui en code A=1 donne le G de Gauche et le D de Droite. En effet, quoi de tel que d'utiliser alternativement un pied droit et un pied gauche (le mauvais pied comme dans l'expression "se lever du mauvais pied" et comme le visuel) pour faire un premier pas.
74 est aussi le nombre de lettres de l'énigme (composée du titre de 10 lettres et du poème de 64 lettres). Venant d'une charade alphabétique, jouer avec les lettres devrait nous être familier. On pourra donc noter que, par le titre, l'unité "cm" est associée à l'unité "lettre".

Voici le texte sous sa forme d'origine :
Citation :     Où tu voudras,
Par la rosse et le cocher.
     Mais où tu dois,
Par la boussole et le pied.
  • Le texte est un quatrain hétérométrique, c’est-à-dire constitué de vers de longueur différente (4, 7, 4, 7).
  • Les rimes sont masculines et croisées. (masculins comme les personnages du visuel + idée du croisement)
  • Les vers vont par paire pour former deux phrases (proposant un choix).
  • Le quatrain emploie la figure de style nommée : parallélisme renforçant l'idée du choix.
Dans cet optique, le texte est presque un calligramme de deux rails parallèles, opposés, l'un menant au désir futur, l'autre au devoir impératif. (là pour le coup, le calligramme représenterait l'emploi de la règle, c'est bien droit)  
On voudrait mais on doit, c'est un choix qui n'en ai pas vraiment un.

Le visuel comporte une boussole. Les jambes du piéton suggèrent un compas. Le compas associé à la forme ronde de la boussole. Imaginons ,un instant, une transformation du poème pour un calligramme suggérant une forme plus arrondie (plus "boussole" mais cabossée Wink ).
Citation :     Oùtuvoudras
Parlarosseetlecocher
Parlaboussoleetlepied
    Maisoùtudois

Choisir une des deux phrases revient alors à choisir le haut ou le bas de la boussole-calligramme.
Nous choisissons le devoir, la seconde phrase et probablement le bon étalon, le bon pied !
Le mauvais pied sera rapprocher du terme rosse : mauvais étalon.

Périmètre : le périmètre d'un cercle est sa circonférence; Circonférence : Ligne courbe fermée limitant une aire
Diamètre : Plus grande largeur ou grosseur d’une chose ronde, arrondie
Dans cet exercice de calligramme, c'est l'ensemble du quatrain qui crée la forme. Le quatrain a une longueur de 22 pieds. Ce sera notre pseudo-périmètre.
La plus grande largeur est le vers "Par la boussole et le pied" donc un diamètre de 7 pieds. Or on sait que P(en pieds) = PI * D(en pieds) ; 22 = 7* PI d'où PI = 22/7

Une autre conséquence de cette transformation en calligramme "boussole" est de disposer maintenant de rimes embrassées et le quatrain est devenu un quart de lai (lyrique)
Citation :Pratiqué par les troubadours, il prend une grande extension au XIVe siècle et se donne des règles fixes et précises avec Guillaume de Machaut : divisé en deux parties de huit vers, chaque huitain se divisant lui-même en deux parties qui forment un quart de la strophe. Chaque quart de strophe, à rimes embrassées, est hétérométrique, c’est-à-dire constitué de vers de longueur différente (sept et quatre syllabes le plus souvent).
Citation :Un troubadour (de l'occitan trobador : « trouveur », trobairitz au féminin : « trouveuse ») est un compositeur, poète, et musicien médiéval de langue d'oc, qui interprétait ou faisait interpréter par des jongleurs ou des ménestrels ses œuvres poétiques.
En réponse à "Précède mes Second..., cherchant leur chemin.", La transformation du texte nous a donc transformé en "trouveur" du SUD  (langue d'oc).

Mais maintenant, pour déterminer la valeur du (bon) PIED, il nous faut une autre unité plus petite. Comme nous venons d'une charade alphabétique, où chaque solution est une lettre, prenons la lettre comme unité.
Le bon diamètre a déjà été déterminé; il s'agit de "Par la boussole et le pied" soit 21 lettres (unités).
Nous avons PI=22/7 donc notre périmètre fait 22*21/7 = 66 lettres (unités); Nous n'avons sélectionné que la moitié de notre calligramme, nous n'avons avancer que le bon PIED (du "Premier Pas..." décrivant l'énigme) LE bon PIED devrait donc être la moitié du périmètre calculé et avoir une valeur de 33 unités. Il se trouve que c'est bien le nombre exact de lettres de la seconde phrase.
La première phrase, quant à elle fait 31 lettres, c'est un mauvais étalon (c'est d'ailleurs ces deux caractères manquants qui cabossent notre calligramme-boussole).
En recyclant "On pourra noter que par le titre l'unité "cm" est associée à l'unité "lettre""

Et voilà, pour le cercle ...
NB : J'espère provoquer svp des réactions critiques Big Grin
Répondre
#14
J'aime bien ta démarche. D'abord parce que tu traite le texte comme une casse-tete a resoudre et ensuite parce que c'est littéraire.
Je ne vois pas trop où le nombre 66  t'amene, si ce n'est que tu avances sur tes deux pieds . Ce qui est sur c'est qu'il y a un jeu lettres / centimetres et que cela ouvre pas mal de possibilités de cryptages ultérieurs.
Répondre
#15
(2020-04-17,05:41)vifsorbier a écrit : ... Ce qui est sur c'est qu'il y a un jeu lettres / centimetres et que cela ouvre pas mal de possibilités de cryptages ultérieurs.
Merci Vifsorbier. Ton article "déboussolé" a été une source importante de ce post. Et tu as raison, ce 66 est un peu l'élément qui dérange. 
Il faut avouer qu'inconsciemment, l'idée était de retomber sur mes pieds  Big Grin
Répondre
#16
J'aime bien... et je suis d'accord avec pas mal de choses...

Le passage sur le quart de lai me parait un peu trop pointu pour être honnête...

J'étais arrivé à la conclusion (comme beaucoup) de 1 cm = 1 lettre, mais de façon beaucoup plus "simpliste". A savoir :
  • 74 cm et 74 lettres dans le texte de l'énigme
  • 33 cm de pied et 33 lettres dans la phrase "ou tu dois par la boussole et le pied"
Par contre, pour moi, la figure est un chiasme (d'où le croisement et l'idée d'opposition).
Répondre
#17
(2020-04-17,09:56)miam a écrit : J'aime bien... et je suis d'accord avec pas mal de choses...

Le passage sur le quart de lai me parait un peu trop pointu pour être honnête...

J'étais arrivé à la conclusion (comme beaucoup) de 1 cm = 1 lettre, mais de façon beaucoup plus "simpliste". A savoir :
  • 74 cm et 74 lettres dans le texte de l'énigme
  • 33 cm de pied et 33 lettres dans la phrase "ou tu dois par la boussole et le pied"
Par contre, pour moi, la figure est un chiasme (d'où le croisement et l'idée d'opposition).
Merci miam,
tu es aussi une source de mon post (en particulier avec le post suivant où tu évoquais le chiasme. J'ai d'ailleurs du aller voir la définition car justement malgré tous les mots compliqués que j'ai voulu utilisé, je suis nul en poésie. La différence entre les figures de style : chiasme et parallélisme réside dans le schéma de rime (chiasme = rimes embrassées; parallélisme = rimes croisées). Le texte du quatrain est en rime croisée d'où mon choix d'employer le terme parallélisme. Il y a toujours l'idée du croisement avec le nom de la rime, on perd la figure du X (éternel débat Tongue  ). On retrouve par contre la figure du chiasme quand on transforme le texte pour "l'arrondir"

Et je suis d'accord sur le "quart de lai", je pouvais passer ce détail sous silence mais la définition était trop proche de "premiere moitié de la moitié" et du schéma de métrique pour l'ignorer totalement.
Répondre
#18
Je peux me tromper, mais je crois que ABBA et ABAB font référence non pas aux rimes, mais à la structure...

Chiasme - structure du type ABBA

AB                    Un roi chantait en bas,
BA                     en haut mourrait un dieu.

Parallélisme - structure du type ABAB

AB                    Rester dans le paradis, et y devenir démon,
A                   rentrer dans l'enfer, et y devenir ange !

Dans le cas qui nous intéresse, on a ça :

Ou tu voudras, par la rosse et le cocher
Mais ou tu dois, par la boussole et le pied

Pour moi, La rosse s'oppose au pied : le mauvais cheval vs le bon pied
Donc le cocher s'oppose à la boussole : il va au nord (le piéton va donc au sud)

J'opterai donc clairement pour le chiasme, et non le parallélisme. Après hein, ce qu'j'en dis... Wink
Répondre
#19
Quand tu te limites aux vers de rang pair, alors je suis d'accord avec toi mais si tu prends les deux phrases entières (les 4 vers), on retrouve alors le schéma des rimes.
Sur ton exemple de parallélisme (particulièrement bien bien choisi), je vois :
AB                    Rester dans le paradis, et y devenir démon,
A                   rentrer dans l'enfer, et y devenir ange !


Ou tu voudras, par la rosse et le cocher
Mais ou tu dois, par la boussole et le pied

Mais bref, il y a croisement et poésie  Big Grin
Répondre
#20
Je suis d'accord avec vous deux @leuc et @miam, on a à la fois un chiasme et un parallélisme de construction dans le texte de la 780.
Toute l'énigme nous invite à faire un jeu d'oppositions entre le piéton et le cocher. Opposition Nord/Sud, opposition vouloir/devoir, opposition étalon/rosse (celui-ci est une hypothèse, il ne figure pas dans le texte en clair). Le parallélisme contribue à créer cette opposition grâce au "Mais" qui commence la troisième ligne. On est donc invités à considérer l'un comme le contraire de l'autre. Et j'approuve assez la justification du chiasme entre les lignes 2 et 4, ça peut faire une référence au croisement des personnages (même si je doute de l'importance de ce détail).
L'idée d'opposer les deux parties du texte peut aussi mener à un comptage des lettres, particulièrement des voyelles. Il me semble qu'on en avait déjà parlé ici, je ne sais plus dans quel sujet... Je vais essayer de retrouver ça.
Répondre


Atteindre :