Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Une utilisation des grilles carrées
#1
Bonjour,

Je place ici cette contribution (un peu longue, j'en ai peur) car elle débouche principalement sur la 560, même si elle passe par plusieurs énigmes.

Cela part du constat que plusieurs textes d’énigme, ou parties de texte, comprennent un nombre carré de lettres ou de caractères. On a ainsi identifié classiquement une grille 8x8 dans la 780, une grille 11x11 dans la 500 (après avoir remplacé 2424… par Carignan) et une grille 10x10 dans la 420.

Que peut-on y trouver d'intéressant ? A mon avis plusieurs choses, mais l'une d'elles est l'importance de la 6ème ligne, à partir du moment où on apprend, dans la 470, que le "sixième vaut cent".

Cela ne concerne donc pas la grille de la 780, antérieure à la 470. Dans la grille de la 500 :

   

Le mot CENT apparaît en clair, et le total de la ligne en A=1 (et en prenant les chiffres pour ce qu’ils sont) vaut 100.
 
On peut accessoirement noter que, par anagramme, cette ligne donne « SECRET EN 560 » (mais l’interpréter supposerait que Max ait utilisé les numéros d’énigme dans les codages, ce qui est peu vraisemblable).

Prenons maintenant la grille 10x10 de la 420. La 6ème ligne est « LECENTJOUR ». Là encore, le mot CENT apparaît en clair. Mais le total en A=1 vaut 123. Qu’à cela ne tienne : nous sommes dans une énigme sur les cent-jours, qui ne correspondent pas à 100 jours, il faut résoudre ce paradoxe, et ramener la valeur de la 6ème ligne à 100. La meilleure façon de le faire, en préservant le mot CENT, est de supprimer la 2ème et la 10ème colonne :

   

Mais dans la 420, c’est le N napoléonien qui a la place prépondérante, et le N, selon la 470, c’est le cinquième. Or si on lit la 5ème ligne après suppression des deux colonnes, on a l’indication « SANS LES A ».

Passons maintenant à la 560. Dans cette énigme, le nombre trois a un rôle spécial : Neptune et son trident, le navire Argo divisé en trois constellations par Lacaille, les trois unités du théâtre classique mises à mal par Victor Hugo dans Hernani. On y découvre trois sites sur la côte cantabrique (identifiables dès la 420 comme je l’ai déjà expliqué) : Ribadesella, San Sebastian/Hernani, et Laredo (dont le nom comprend trois notes de musique). Ces trois sites peuvent être liés à trois étapes du règne de Charles Quint : quand il était roi et pas empereur (visite à Ribadesella en 1517), quand il devient empereur (dans la pièce Hernani), quand il abdique (débarquement à Laredo en 1556).

Dans la 560, on trouve trois grilles de lettres, correspondant chacune à un multiple de trois :

- la première strophe fait 144 lettres, donc une grille 12x12,
- le premier vers de la 2ème strophe fait 36 lettres, donc une grille 6x6,
- les deux derniers vers de la 2ème strophe font 81 lettres, donc une grille 9x9.

Intéressons-nous plus spécifiquement à la grille 9x9. Sa 6ème ligne est « NTDEVOIRP » ce qui, en A=1, vaut 123, comme dans la grille 10x10 de la 420. Pour obtenir 100, on pourrait supprimer la colonne du E et celle du R, comme dans la 420, mais on peut aussi supprimer la colonne du N et celle du I :

   

Maintenant, on fait comme dans la 420 on regarde la 5ème ligne, et on y lit les mots « cours » et « va ». Dans cette énigme tournée vers le théâtre, on pense à Don Diègue dans le Cid, terminant son injonction à Rodrigue par « va, cours, vole et nous venge ».

Dans cette même scène, Don Diègue commence par le célèbre monologue : « Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! / N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? / Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers / Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ? ». On voit là un lien avec les trois premières énigmes (hors B) : la rage de la 530, la diagonale sombre du chiasme de la 780 (ROSSE + PIED = DESESPOIR), le laurier de la 470.

Tout ça pour quoi ? A mon avis, pour nous rappeler que, par ses rimes, la 530 nous avait aiguillé vers l’énigme des trois âges (posée par le sphinx à Œdipe), et pour nous signifier que nous sommes maintenant arrivés au troisième âge, le temps de la vieillesse : celle de Don Diègue qui passe le relais à son fils Rodrigue (celui qui a du cœur), et aussi celle de Charles Quint qui passe le relais à son fils Philippe II, et retourne en Espagne en débarquant à Laredo.

C’est donc le site de Laredo qui au final est important, c’est à partir de lui que se détermine l’axe qui conduit, via l’ouverture, à la nef encalminée (la cathédrale de Metz), l'axe du trident volé par Mercure et que nous rendons à Neptune.

   

Et l’indication « SANS LES A » ? Pour moi, il faut l’appliquer aux trois pointes du trident :

HERNANI à HERNNI = HENNIR
LAREDO à LREDO = LORD + E
RIBADESELLA à RIBDESELL = BRIDE + SELL => BRIDE + SELLE avec le E libre de Laredo

Cela parle du cheval d’un lord. A Cherbourg, se trouve la statue de Napoléon sur Marengo, le cheval qu’il montait à Waterloo. Le cheval que montait son adversaire, Lord Wellington, à Waterloo est célèbre, il s’appelait Copenhagen (encore une histoire de baie : on vise la baie de Gascogne, on passe par la baie du Mont St Michel, et on se retrouve dans la baie de Copenhague). Je pense que c’est la clef de passage, et que cela nous indique que le « là » de la 650, dans le quartier de la cathédrale de Metz, est la fontaine de la petite sirène.

   

Voilà les amis, j'espère que la lecture de ce long post ne vous aura pas épuisés (et encore, ce n'est qu'un extrait de ma résolution de la 560, il y a selon moi bien d'autres éléments à prendre en considération).

Je laisse le dernier mot à Œdipe : « Hélas ! hélas ! tout est révélé maintenant. O lumière, je te vois pour la dernière fois ! » (Sophocle - Œdipe Roi)

Amicalement,
Galag
Répondre
#2
Les décodages de forme m'intéressent toujours parce que leurs éléments constitutifs font consensus par définition. J'enfonce des portes ouvertes mais nul ne peut nier que la 470 comporte 100 mots, le crypto de la 420, 100 lettres, et qu'ils s'inscrivent tous les deux dans une matrice 10*10 avec le mot CENT commun aux deux textes.
Ma foi, des éléments hors solutions communes admises qui mettent d'accord tous les chercheurs, ce n'est pas si fréquent.
Évidemment, ça se gâte ensuite pour savoir ce qu'on en fait.
Je trouve intéressante ta matrice 11*11 en 500 moins évidente à trouver et qui s'appuie sur 2 choix forts :
- le remplacement du code 2424-... par Carignan
- la conservation des chiffres du nombre 560606 (au lieu du remplacement par "Cinq-Cent soixante mille six-cent six")

Le CENT en sixième ligne est encore présent. Ton élimination des 2 colonnes pour obtenir une ligne qui vaut 100 est discutable mais la chaîne exhumée "SANSLESA" est intéressante mais il faudrait qu'elle mène à un décodage probant pour s'imposer et emporter une validation.

Amicalement,
Marvinclay
Répondre
#3
Merci pour tes commentaires.

Je comprends que l'utilisation de "SANS LES A" sur les trois villes Hernani/Laredo/Ribadesella ne te convainc pas, dommage. Certes ça ne donne pas directement un texte en clair, il faut déplacer quelques lettres, mais on arrive quand même très facilement au résultat. Et partir de Cherbourg avec le cheval monté par Napoléon à Waterloo pour arriver à celui monté par Wellington, dans une énigme qui met en avant l'opposition à Albion, je trouve ça plutôt satisfaisant.

Amicalement,
Galag
Répondre


Atteindre :