Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Les clefs musicales
#1
Il y a trois clefs musicales : la clef de sol, la clef d'ut et la clef de fa :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Clef_(musique)

Ce qui est sympa c'est de retrouver ces trois clefs condensées sur un seul trait, la DCA :

   


Pour Gérardmer c'et facile c'est un G comme l'indique la 580, et la clef de Sol à l'origine c'est aussi un G :
[Image: 220px-G-Schluessel.png]


Pour Etain, on se sert d'une autre clef, le ROT13.
ROT13(FA) = SN, élément chimique étain.
Et si on doute encore, la masse atomique de l'étain c'est 50, qui vaut... FA depuis la 580.


Il reste Carignan, le ROT13 peut encore être utile.
ROT13(UT) = HG, élément chimique mercure.
Ça tombe bien c'est à la Mairie de Carignan qu'on trouve la stèle de Mercure.
Répondre
#2
Je crois que la masse atomique de l'étain, c'est 118,7 g/mol, 50, c'est son numéro atomique.
Répondre
#3
C'est ça numéro atomique Wink
Répondre
#4
Ça fait d'ailleurs partie des grand mystères... pourquoi des masses et pas des numéros ? Ces derniers étant bien moins soumis à variations... y'a un loup. Undecided
Répondre
#5
Le titre de ce fil me semble adapté au sujet que je ramène :
Je viens de m'interesser à PROSERPINE/PERSEPHONE. (J'avais laissé de coté ce décryptage car, comme j'ai déjà du mal avec NIEPCE qui me parait déjà trop "sur codage"... Avec Proserpine, cela me semblait compliqué)
Dans le genre "utilisation des clés musicales", ça vaut des points !

On peut trouver un très bon article chez marvinclay; Sinon chez les SH, un certain Don Luis était aussi un grand adepte de ce décryptage. 
Bon finalement j'ai lu ce que je trouvais sur le sujet : Il me semble que ca marche assez bien en considérant le mélange B (pour l'ordre) + 580 (pour les villes) + 500 (pour les clés et le morse)
Ce qui m'a permis de répondre à la première question que je me posais en lisant les posts sur PROSERPINE : mais quand donc peuvent-ils  décrypter cela ? (car certains tentent de raccrocher cela à la 580 Confused )
La 500 semble la place idéale puisqu'on dispose alors des moyens pour réaliser ce décryptage et aussi d'une 420 qui suit avec le décryptage HADES.
Ce lien PROSERPINE/PERSEPHONE/HADES me semble aussi un magnifique tremplin d'énigme.
C'est plus complexe que SUD/VOIE DU SUD/CH.ARLES mais bon ça semble logique puisqu'on bascule ici dans la seconde partie de la chasse.

Apparement le décryptage PROSERPINE ne date pas d'hier :
Citation :QUESTION No 6 DU 1995-12-14
--------------------------------------------------------------------------------
TITRE: PROSERPINE ET SON POTE PERSEPHONE
BJR MAX.ON REPARLE A NOUVEAU BEAUCOUP DE PROSERPINE ET PERSEPHONE.JE SAIS QUE TU AS DIT QUE TU NE FERAIS PAS DE COMENT AIRE MAIS PEUX TU NOUS DIRE SI TU CONNAI S CETTE PISTE ET QUAND ELLE A ETE EVOQUE E POUR LA PREMIERE FOIS PAR LES CHERCHEU RS? MERCI
--------------------------------------------------------------------------------
OUI, JE LA CONNAIS. MAIS LE FAIT DE LA CONNAITRE NE SIGNIFIE PAS OBLIGATOIRE- MENT QU'ELLE SOIT JUSTE ! (ET CA NE SIGNIFIE PAS LE CONTRAIRE NON PLUS, D'AILLEURS !) ELLE A ETE EVOQUEE POUR LA PREMIERE FOIS PENDANT L'HIVER 93-94 SI MES SOUVENIRS SONT EXACTS. AMITIES -- MAX
Répondre
#6
(2019-08-07,14:36)zarquos a écrit : Il y a trois clefs musicales : la clef de sol, la clef d'ut et la clef de fa :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Clef_(musique)
Ce qui est sympa c'est de retrouver ces trois clefs condensées sur un seul trait, la DCA 

Une autre approche moins cartographique sur ces trois clés.
la main guidonienne décrit un ensemble de 20 notes appellé "Gamut" (de Gamma ut). Le terme gamut est aujourd'hui plutot associé aux couleurs (et décrit l'ensemble des couleurs qu'un dispositif peut reproduire) mais l'origine du terme est bien musicale :
Citation :Le terme est un mot anglais issu du vocabulaire musical médiéval : les notes de musique étaient notées par des lettres (et le sont toujours dans la notation anglo-saxonne), puis furent notées par des noms dans la notation italienne ; la lettre grecque gamma (Γ) désignait le sol le plus grave, et ut le do le plus aigu. « gamma–ut » était donc l'étendue des notes jouables, ce qui donna « gamut ».
Il se trouve qu'en 500, le visuel propose un rébus offrant par les instruments le mot GREC. 
Or gamma est grecque et gamma est à l'origine des lettres latines C et G.
Il existait aussi une lettre grecque digamma (pour sa graphie de deux gamma empilés) qui est à l'orgine de la lettre latine F.

En somme, en adoptant un point de vue "grec" des 3 clés musicales en 500 : c'est gamma (d'ailleurs en numérotation grecque, gamma vaut 3) qui devient la star
Le terme gamut étant lui aussi intéressant de par son origine et son usage moderne.
Répondre
#7
(2019-11-30,23:30)leuc a écrit : ...On peut trouver un très bon article chez marvinclay; Sinon chez les SH, un certain Don Luis était aussi un grand adepte de ce décryptage. 
Bon finalement j'ai lu ce que je trouvais sur le sujet : Il me semble que ca marche assez bien en considérant le mélange B (pour l'ordre) + 580 (pour les villes) + 500 (pour les clés et le morse)...
Apparement le décryptage PROSERPINE ne date pas d'hier :
Citation :QUESTION No 6 DU 1995-12-14
--------------------------------------------------------------------------------
TITRE: PROSERPINE ET SON POTE PERSEPHONE
BJR MAX.ON REPARLE A NOUVEAU BEAUCOUP DE PROSERPINE ET PERSEPHONE.JE SAIS QUE TU AS DIT QUE TU NE FERAIS PAS DE COMENT AIRE MAIS PEUX TU NOUS DIRE SI TU CONNAI S CETTE PISTE ET QUAND ELLE A ETE EVOQUE E POUR LA PREMIERE FOIS PAR LES CHERCHEU RS? MERCI
--------------------------------------------------------------------------------
OUI, JE LA CONNAIS. MAIS LE FAIT DE LA CONNAITRE NE SIGNIFIE PAS OBLIGATOIRE- MENT QU'ELLE SOIT JUSTE ! (ET CA NE SIGNIFIE PAS LE CONTRAIRE NON PLUS, D'AILLEURS !) ELLE A ETE EVOQUEE POUR LA PREMIERE FOIS PENDANT L'HIVER 93-94 SI MES SOUVENIRS SONT EXACTS. AMITIES -- MAX
Je viens de découvrir une très bonne nouvelle : le site de Patrice Salvy a pu être remis en ligne sur forme de contribution a2co (Un grand merci à tous ceux qui ont participé à cette excellente initiative) 035

On y retrouve une page sur le décryptage PROSERPINE d'origine (l'explication du décryptage rejoint ce que l'on peut trouver sur le blog de marvinclay).
Toujours dans les contributions A2CO, on trouve une autre proposition du décryptage. C'est un certain SunLi qui en est l'auteur (j'ai cru comprendre que Sun Li et Don Luis était une même personne).
Cette fois, l'ordre et la mécanique des pairs de l'énigme B sont exploitées pour extraire PROSERPINE.
D'un coté, l'explication de Sun Li est attirante (elle donne le bon ordre par l'ordre !).
Mais un point me dérange, j'ai l'impression qu'elle contraint trop l'auteur sur le choix des 10 villes 580 (faudrait faire du retro engineering pour vérifier cette hypothèse).
De l'autre, dans la page de P. Salvy ou de marvinclay, il y a des parties dont l'enchaînement questionne.
En tout cas, PROSERPINE me semble un bon exemple chouettesque pour illustrer le dernier article de vifsorbier sur son blog.
Répondre
#8
(2020-04-24,20:45)leuc a écrit : D'un coté, l'explication de Sun Li est attirante (elle donne le bon ordre par l'ordre !).
Mais un point me dérange, j'ai l'impression qu'elle contraint trop l'auteur sur le choix des 10 villes 580 (faudrait faire du retro engineering pour vérifier cette hypothèse).
De l'autre, dans la page de P. Salvy ou de marvinclay, il y a des parties dont l'enchaînement questionne.
En tout cas, PROSERPINE me semble un bon exemple chouettesque pour illustrer le dernier article de vifsorbier sur son blog.

La piste proserpine est tres intéressante et elle résonne effectivement avec les clés de la 500.

D'un point de vue construction, je pense que c'est faisable, si c'est une idée integrée tot dans la conception  de la chasse quand toutes les énigmes ne sont pas figées. L'auteur pourrait avoir eu d'avord l'idée de faire un jeu avec les villes et proserpine, ou un autre sujet. Puis en tatonnant, il serait arrivé au sujet proserpine et aux dix villes que nous connaissons, ou presque. L'idée de  l'ordre alphabétique aurait pu venir au début ou au contraire etre une opportunité, quelque chose qu'il aurait rencontré de maniere imparfaite en selectionnant les villes et qu'il aurait encouragé, perfectionné. Certaines villes pourraient etre des contraintes fortes, indispensables, et d'autre pourraient avoir été  échangées. Une fois les villes choisies il est toujours possible de les intégrer ensuite dans d'autres énigmes et de noyer la construction, un peu comme un peintre cache les lignes de perspective.
Répondre
#9
(2020-04-25,06:32)vifsorbier a écrit : ...Certaines villes pourraient etre des contraintes fortes, indispensables, et d'autre pourraient avoir été  échangées. Une fois les villes choisies il est toujours possible de les intégrer ensuite dans d'autres énigmes et de noyer la construction, un peu comme un peintre cache les lignes de perspective.

@vifsorbier : oui, je partage cet avis. Une première ébauche "naïve" de rétro-construction incite à se souvenir que MV a "globalement" construit la chasse depuis la fin donc si à un moment il souhaite cacher PROSERPINE en 500, alors les grandes lignes de la 560 sont arrêtées. Dans cette hypothèse, le choix d'utiliser Cherbourg et Bourges est arrêté (car Carusburc et l'Ouverture doivent déjà conduire au LA). Ce simple constat invite effectivement à croire qu'il avait l'ordre alphabétique en tête ou explique pourquoi il aurait pu y penser.
Répondre
#10
Plus ça va et plus je me dis que le ROT13 n'a rien à faire dans le jeu, il ne fournit que des confirmations secondaires, qui ont tendance à appauvrir l'argumentation comme dans ce fil avec les clefs musicales.

ROT13(FA) = SN, et alors qu'est-ce qu'on en a à battre ? Dodgy Angel
ROT13(UT) = HG, et alors qu'est-ce qu'on en a à battre ? Dodgy Angel

Les chercheurs avaient repéré depuis longtemps qu'il y avait 2 clefs musicales données en clair et que la clef manquante, la clef de FA, était sûrement cachée.
On peut toujours débattre de la présence de la clef de sol sur le visuel mais depuis la 580 on a un autre moyen d'y accéder : Gérardmer = G.

Pas besoin de ROT13 pour dire que FA en 580 vaut 50 et que 50 dans le contexte de la 600 c'est le numéro atomique de l'étain.

Quelqu'un utilise le ROT13 pour quelque chose de plus convaincaint que PLUME = PARIS en code ALMISEFORU ? 112
Répondre


Atteindre :