Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
E / Es
#1
Allez soyons fous, c'est reparti pour un tour ^^


Voici la publication des découvreurs de l'Einsteinium en 1955 (date à laquelle ces infos classifiées ont été déclassifiées) :

New Elements Einsteinium and Fermium, Atomic Numbers 99 and 100
A. Ghiorso, S. G. Thompson, G. H. Higgins, G. T. Seaborg, M. H. Studier, P. R. Fields, S. M. Fried, H. Diamond, J. F. Mech, G. L. Pyle, J. R. Huizenga, A. Hirsch, W. M. Manning, C. I. Browne, H. L. Smith, and R. W. Spence
Phys. Rev. 99, 1048 – Published 1 August 1955

https://journals.aps.org/pr/abstract/10....ev.99.1048
https://journals.aps.org/pr/pdf/10.1103/PhysRev.99.1048

Ils ont proposé E sans l'ombre d'un doute Smile

   


Voici une autre publication :

Modern Alchemy: Selected Papers of Glenn T. Seaborg 1994

https://books.google.fr/books?id=e53sNAO...&q&f=false

Voici ce qu'on peut lire en page 6 :

   

C'est l'IUPAC qui a changé le E en Es, reste à trouver l'année exacte et l'impact sur la littérature scientifique de l'époque.
Répondre
#2
Apparement 1957, IUPAC approuve le nom mais change le symbole (2ans après la publication déclassifiée, 5ans après la découverte)
(Référence
C'est finalement assez fou que le symbole E est pu être utilisé dans des publications jusque vers les années 1970 car certes c'est le symbole de sa découverte mais il n'a été officiel que deux ans !!
Répondre
#3
Deux références pour le changement de nom du Mendélévium :


The Discovery of Isotopes: A Complete Compilation
De Michael Thoennessen

   


From Transuranic to Superheavy Elements: A Story of Dispute and Creation
De Helge Kragh

   


Conférence de Paris de 1957.
Pas encore trouvé la même chose pour l'Einsteinium 103
Répondre
#4
(2019-10-17,22:27)leuc a écrit : Apparement 1957, IUPAC approuve le nom mais change le symbole (2ans après la publication déclassifiée, 5ans après la découverte)
(Référence
C'est finalement assez fou que le symbole E est pu être utilisé dans des publications jusque vers les années 1970 car certes c'est le symbole de sa découverte mais il n'a été officiel que deux ans !!

Ah oui bien vu c'est ce qu'on trouve ici aussi :
https://byjus.com/chemistry/einsteinium/

Citation :The symbol originally proposed for Einsteinium was just E, but when IUPAC approved the name in 1957 they changed the symbol to Es to conform with their new rule that said all newly name elements should have symbols with two letters.

Les deux éléments découverts en même temps ont été "approuvés" par l'IUPAC en même temps aussi, c'est plutôt logique.
Répondre
#5
En effet les regles proposées initialement en 1940 ont finalement été adoptées à la conférence de Paris de 1957 et sont connues comme les (1957 rules).
voici le lien vers une seconde édition plus récente mais qui reprend les regles de 1957. En particulier la règle 1.14 qui demande un symbole à deux lettres
Répondre
#6
Ce qui veut dire que la documentation de l'époque s'est appuyée préférentiellement sur la publication originale de 1955 plutôt que sur les décisions de l'IUPAC, on ne trouve en effet pas de référence à Es avant 1970 comme tu le rappelles.

Si Max Valentin a conçu ses énigmes en 1978, il s'est sûrement appuyé sur des documents antérieurs. Et les documents de l'époque s'appuyaient eux-mêmes sur des données antérieures. Les altitudes par exemple sont arrivées en 1969 grâce aux travaux de l'IGN.

La probabilité est donc forte que le jeu ait été conçu autour de E.

Après les énigmes ont été actualités en 1992, mais est-ce que Max Valentin a actualisé ses données ?
En tout cas il connaissait très bien la problématique.
Répondre
#7
Une simple constatation : les données utilisées pour la v1 et la v2 (600 et 420) sont strictement identiques.
Répondre
#8
(2019-10-17,22:46)zarquos a écrit : ...
Si Max Valentin a conçu ses énigmes en 1978, il s'est sûrement appuyé sur des documents antérieurs. Et les documents de l'époque s'appuyaient eux-mêmes sur des données antérieures. Les altitudes par exemple sont arrivées en 1969 grâce aux travaux de l'IGN.
...

Tout à fait d'accord avec toi sur E.
C'est marrant aussi ton rappel sur l'IGN car le 1969 évoque le nombre de mesures qu'Apollon comptera en 420. Du coup, j'ai voulu re lire cette histoire de IGN69 :
Citation :L’IGN décide la remise en état du réseau de base (réseau de 1er ordre) de 1962 à 1969, en conservant l’origine du réseau Lallemand. Les nouvelles altitudes étant de type normal, elles prennent en compte un modèle utilisant des mesures de pesanteur réelle. Ce réseau est appelé IGN1969 pour la France continentale et IGN1978 pour la Corse (dont l'origine est le niveau moyen de la mer à Ajaccio).
Cette origine du réseau Lallemand est déterminée à l’issue d’observations réalisées au marégraphelien interne de Marseille du 1er février 1885 au 1er janvier 1897
Cela m'a rappelé la mention de marvinclay sur l'IS "venu de l'ile d'Elbe" avec Edmond Dantès débarquant à Marseille le 26/02/1815 (date à laquelle Napoléon embarque lui avant d'arriver le 1er mars à Golfe Juan).
Que ce soit Marseille ou Golfe Juan, avec l'IS, c'est l'année 1815 qui s'impose. 1815 est aussi l'année où l'Apollon du Belvédère (celui a qui il manque un arc) va être restitué à Rome et va quitter le Musée Napoléon (Musée Royal après la chute de Napoléon... puis Musée du Louvre)
Répondre
#9
Il n'y a qu'une seule vérité, certes. Mais combien de versions alternatives de cette vérité qui nous parviennent, et laquelle prendre ?

Voilà ce qu'écrit Schliemann dans son abécédaire (article "références" ) : 
Schliemann a écrit :Max Valentin est friand d'erreurs dans les sources d'information et d'anachronismes. On citera : le lieu de naissance de Descartes (FB), l'année qui commence au printemps au XVIe siècle (TO), l'année de naissance de P Féval (PM2), le nom d'une tour dans les guides touristiques (MN-e33), [...] Le problème est de savoir quelle référence prendre. La réponse n'est pas claire. Il peut prendre l'information recueillie sur place (MN-e33 : TORRE DES CARREGADOR), mais ceci n'est plus valable pour l'année de naissance de Paul Féval (PM2), où il se réfère à une source livresque (non citée). Il peut choisir la référence faisant autorité (MN-e4 : Encyclopaedia Brittanica). En cas de doute il peut explicitement préférer les ouvrages de référence à la probabilité historique (mariage de Louis XIV : PM5-e3), ou au contraire préférer la référence historique (longueur du stade d'Olympie : TM-e11). Dans une même chasse, il peut tantôt préférer éviter l'anachronisme (orthographe ancienne de Leyden : MN-e20), tantôt préférer la facilité d'accès de l'ouvrage (édition courante de l'Enéide plutôt que celle de 1502 dont il est question dans MN-e45). [...] Bref, je crois qu'on peut conclure que la bonne référence, c'est celle que Max Valentin a décidé de choisir, et qu'il faut s'attendre à rencontrer diverses éventualités.
Répondre
#10
Ok, merci à tous car maintenant au moins, ce qui est clair, c'est qu'il y a effectivement un choix et probablement voulu par dessus le marché.
Répondre


Atteindre :