Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
E / Es
#51
(2020-10-15,14:34)chevechercher a écrit : Le mot "alliance" mets l'accent sur la transmission. On peut rattacher les ténèbres qui resplendissent à l'événement historique, éventuellement suivi de la transmission.

Dans le titre, le terme "s'allie" qui peut selon la définition du verbe être du domaine de :
  • L'alliance : ici les chiffres et les lettres latines à première vue,
  • L'alliage : qui donne une indication sur la méthode de décryptage primaire.
Le terme fait alors un lien entre alliance et alliage, et donc entre les évènements (qui ont en commun d'avoir eu un impact durable sur l'Histoire).

Et sinon la fin du titre ("les ténèbres resplendissent") a aussi la double interprétation de la compréhension et d'une lumière créée par réaction chimique.

Mais enfin pour retomber sur la lumière des expériences d'un Niepce à partir de cela, il manque quelque chose :/.
Répondre
#52
(2020-10-15,15:53)Cameleon a écrit : Mais enfin pour retomber sur la lumière des expériences d'un Niepce à partir de cela, il manque quelque chose :/.

Je pense que c'est le contraire, c'est le décryptage en aveugle qui nous fait découvrir Niepce.
Ce décryptage en aveugle est dans la continuité de la méthode de décodage donnée par le titre.
Répondre
#53
J'avoue que si quelqu'un veut bien m'expliquer comment on peut avoir l'idée pour trouver cette encodage je suis preneur.
Le décodage quand a lui me parait logique.
Redeye63
Répondre
#54
Le fait que la phrase de la 600 obtenue se décode à nouveau est une idée relativement ancienne.

Le petit truc qu'il fallait repérer c'est la décomposition en deux parties :
LA CLEF SE CACHE SUR : c'est la clé.
UN NAVIRE NOIR PERCHE : c'est le support.

Cette idée pourtant simple est apparue relativement tardivement grâce au chercheur GRILLON :
https://www.zarquos.net/ultima-forsan/sh...80#pid1180
Répondre
#55
(2020-10-15,17:15)zarquos a écrit : Le fait que la phrase de la 600 obtenue se décode à nouveau est une idée relativement ancienne.

Le petit truc qu'il fallait repérer c'est la décomposition en deux parties :
LA CLEF SE CACHE SUR : c'est la clé.
UN NAVIRE NOIR PERCHE : c'est le support.

Cette idée pourtant simple est apparue relativement tardivement grâce au chercheur GRILLON :
https://www.zarquos.net/ultima-forsan/sh...80#pid1180

Ok, à votre avis le fait que le titre dise que al-mar (les chiffres) s'allie à la flibule de preneste (les lettres) , les ténèbres resplendissent (la photo).
Pour moi oui mais bon.
Redeye63
Répondre
#56
(2020-10-15,18:47)Redeye63 a écrit : Ok, à votre avis le fait que le titre dise que al-mar (les chiffres) s'allie à la flibule de preneste (les lettres) , les ténèbres resplendissent (la photo).
Pour moi oui mais bon.

Ce raccourci et ton appréciation t'appartiennent, ce n'est tout à fait ce que j'ai dans ma piste.
Et vu qu'à chaque fois que je fais une explication détaillée c'est pour récolter une incompréhension ou un bof (principe de la double peine), débrouillez-vous... 091
Répondre
#57
Citation :Le petit truc qu'il fallait repérer c'est la décomposition en deux parties :
LA CLEF SE CACHE SUR : c'est la clé.
UN NAVIRE NOIR PERCHE : c'est le support.


J'ai jamais réussi à accrocher à ce décodage et de le voir explicité comme ça, c'est encore plus flagrant je trouve.

Prendre "UN NAVIRE NOIR PERCHE" comme support, c'est reconnaitre la fonction du "SUR" : on va appliquer la clef SUR la chaine de caractères "un navire noir perche". Du coup, réemployer le "sur" dans la clef, c'est quand même pas le top de l'élégance.  Et comme prendre "la clef se cache" comme clef de décryptage, c'est déjà vilain... on rajoute du vilain sur du pas élégant...

Enfin il faut compter le nombre de lettres des mots de la supposée clef mais considérer le support comme une chaîne de caractères pour y compter les lettres... ça non plus c'est pas top...

Bref, j'adhère pas, mais comme c'est pas grave et que chacun fait comme il veut, tout va bien ! Smile
Répondre
#58
(2020-10-15,13:09)marvinclay a écrit : Merci Leuc, j'ai lu.
Mais il ne s'agit nullement d'une source revendiquée par Max. Qu'il ait pu la lire et s'en inspirer, je veux bien le croire mais elle n'était nullement requise pour résoudre l'énigme concernée dans Malbrouck au contraire du Catalogue des Actes de François Ier dans Orval, par exemple, clairement cité dans le livre des solutions.

Amicalement,
Marvinclay

Elle n'était nullement requise, absolument.

Mais j'ai piégé Phil, paix à son âme, sur le FO quant à cette énigme qui aurait été une pure invention de leur part. 

Je n'y crois pas un instant comme je ne crois plus à tout ce qui est périphérique aux énigmes dans les déclarations de l'auteur.
Il était comme un magicien qui refusait de révéler ses tours et était prêt à mentir pour en protéger le secret. 

De surcroit, cela en dit beaucoup sur les recherches effectuées en amont par Max. 
Et, encore une fois, je ne dis pas qu'elles sont à refaire par le chercheur pour aboutir. Ce sont deux choses différentes.

@+
Répondre


Atteindre :