Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
L'omphalos
#21
Merci c'est très clair !
Répondre
#22
Ok, merci pour cette intéressante contribution sur l'Omphalos. L'inconvénient avec cette notion d'Omphalos, c'est qu'on tombe vite sur des sites et des concepts ésotériques.

De mon côté, j'ai cherché la matérialisation d'un omphalos français, et plein de lieux se révèlent être des "omphalos" (on a l'embarras du choix) :
- Suèvres  : ombilic des Gaules, capitale des Carnutes.
- Saint-Amand-Montrond : nombril de la France (Saint-Amand-Montrond fait partie des communes revendiquant le titre de centre de la France.)
- Bourges : ancien omphalos de la Gaule
Avaricum : centre géographique des Bituriges.
- forêt des Carnutes : dans laquelle se trouvait localisé le principal nemeton de la Gaule. Des vestiges ont été découverts en Sologne, au lieu-dit les Frelats, sur les communes de Presly et d’Ennordres, dans le Cher.
- basilique St-Germain-des-Prés (Paris) : le nombril de la Gaule chrétienne selon Anatole France (Le Crime de Sylvestre Bonnard, 1896)
- Châteaumeillant (Mediolanum): Omphalos de la Gaule
- Orléans : umbilicus Galliae
- Saint-Benoît-sur-Loire : selon Jacques Soyer l'"omphalos" se trouve près de la fontaine Saint-Sébastien-de-Fleury.
- île de Man-Avalon : "au nombril de la mer". 
site de la Robertière (forêt de Dreux) : nombril divin des Gaules
- Donnery : d'origine Celte et signifierait "le centre sacré des Rois" : Dun (Centre sacré, tertre) et Rix (Roi ou Chef). Donnery serait donc un "locus consecratus" Celte. Ce lieu sacré Royal, situé également au coeur de la Forêt des Carnutes était très certainement le pendant de l'Omphalos spiriuel Druidique de Saint-Benoît-sur-Loire.
- le massif du Pilat « l’Omphalos des Gaules » selon Noël Gardon. 
- Amancy : menhir appelé "pierre du Milieu du Monde" (voir livre de M. Eliade p.201).
- Moutiers : menhir appelé "pierra chevetta", centre que le déluge n'a pas pu engloutir (voir livre de M. Eliade p.201).
- Areines :
- forêt de Montrichard
- terres des Arvernes : "ombilic du domaine celtique" selon Camille Jullian
Pougne-Hérisson : le «Nombril du Monde» (on se rassemble joyeusement au 15 Août, pour célébrer l’imaginaire et l’absurde, à l’occasion du « Festival du Nombril du Monde »)
Répondre
#23
Pourquoi veux-tu chercher un omphalos français ?
La v1 le dit presque en clair : le cœur, le nombril, c'est Bourges.
Répondre
#24
Re-re-re-confirmer Bourges (et le grand X sur la carte de France) n'est pas très intéressant, je trouve. D'un point de vue méthodologie de recherche, une piste intéressante, c'est une piste qui permet d'ouvrir vers de nouvelles pistes ; ça peut être le cas avec l'apparition dans le jeu d'une nouvelle localité, qui permettrait de confirmer d'autres éléments, ou de tracer de nouveaux traits qui pourraient déboucher en cascade vers la bonne solution.

Bourges comme ombilic omphalesque coronarien en début de 580, c'est certain ! Mais en fin de 580 ? Cela pourrait constituer un nouvel "élan" vers la 600.
Répondre
#25
C'est vrai que la fonction de la piste de l'omphalos n'est pas très claire, et qu'on peut avoir des opinions diverses. D'abord, l'omphalos ne surconfirme pas Bourges dans la Chouette, parce que terme de nombril est un mot qui apparaît dans la première version mais qui disparaît par la suite. Dans la Chouette, il faudrait le "deviner" : c'est la découverte de Bourges qui fait penser à l'omphalos, alors que c'est à l'inverse le nombril qui sert à trouver Bourges dans la v1.
Pour ma part, jusqu'à il y a deux mois, avant la parution du CDC pirate, je ne l'intégrais pas dans ma piste : l'idée d'omphalos était une idée parmi d'autre qui flottait dans le "bruit de fond" des pistes des forums sans ressortir particulièrement , le grand X était simplement une fausse piste tendant à faire croire que la lumière céleste de la 560 était Golfe-Juan, quand à l'idée de "milieu", je n'y avait tout simplement mais songé. C'est vraiment cette v1 qui met à l'avant-plan cette piste d'omphalos.

On peut imaginer que Max Valentin a estimé qu'avec le mot "nombril" la piste devenait trop évidente et qu'il valait mieux le supprimer dans la version définitive. Mais il n'est pas exclu non plus que l'Omphalos faisait partie du projet Oeuf, mais maintenant ne fasse plus partie de la version définitive. Il me semble qu'il reste cependant encore assez d'éléments qui appuient cette piste dans la version définitive, et le maintient à travers toutes les versions des même cinq points du X sans que Max valentin ait semblé vouloir en faire des fausses piste est un argument supplémentaire.

Après, même si on est d'accord sur l'idée que l'Omphalos fait partie de la vraie piste, on ne sera pas forcément d'accord sur où il intervient. D'abord de quelle énigme est-il une solution. Dans la v1, je suis d'accord que c'est de la 580. Mais dans la version définitive, il me paraît impossible de l'imaginer si tôt dans la chasse. Pour moi, le Grand X et l'Omphalos sont des solutions de la 560. Il faut avoir les quatre extrémités pour pouvoir l'élaborer. A l'extrême limite, on pourrait avancer qu'un chercheur particulièrement brillant pourrait y penser en 420, mais je n'y crois pas.

Après à quoi sert-elle ? Pour moi, elle ne doit pas simplement confirmer Bourges, mais amener vers un décryptage bien précis dans une énigme bien précise.

Dans quelle énigme sert-elle ? Forcément, c'est après sa découverte, donc l'une des énigmes suivantes : 560, 650, 520, SS. Déterminer laquelle doit se fait avec beaucoup de prudence. Un argument pour dire que c'est dans la SS est le caractère de tracé de X qui pourrait évoquer une méthode de repérage de la cache. Et d'autre part dans aucune des trois autres le texte ne nous incite à "utiliser l'omphalos" ou "utilise le X", etc.

Mais ma préférence va pour la 520. D'une part c'est l'énigme "en miroir" de l'énigme 530 avec un lien via le mot "ouvre"/"ouverture". D'autre part, je pense que l'IS "faute" fait allusion à cette piste de l'omphalos, et on sait que cette IS concerne la fin du jeu mais pas la toute fin. Les choses sont rendus compliquées aussi par le fait qu'on ne comprend pas encore bien à quel point la 520 s'articule avec la SS, y a-t-il vraiment beaucoup de choses à décrypter dans la 520 où est-ce une "pré-énigme" qui s'enchaîne avec la SS ?

Comment se servir de cette piste Grand X/Omphalos,  je pense que l'imagination est entièrement libre. Airyn pense qu'il faut chercher un Omphalos en France. Moi je voyais tout autre chose. La piste de l'Omphalos doit faire trouver les trajets des deux aigles, donc les deux traits du X. On prend les quatre extrémités (Ibañeta, Golfe-Juan, Carignan, Cherbourg) et on doit les calquer sur "quelque chose", par exemple sur un tableau de Scrabble. Sur ce tableau de Scrabble on écrit le texte de la 520 et les quatre extrémités donnent un mot de quatre lettres.  On est vraiment très loin d'imaginer les choses de la même manière, mais à ce stade toutes les options sont ouvertes.
Répondre
#26
Il semble qu'on n'aura pas le droit à un cahier des charges évolué, donc autant se concentrer sur la v2 (seule ou relativement à la v1) :

Citation :(Illustration : un coq (symbole de la France) se dresse au milieu de la France
- ses pattes sont à la hauteur de la ville de Bourges.)

A la base le coq devait bien se trouver devant la France, avec ses pattes à la hauteur de la ville de Bourges.
C'est l’œil qui a remplacé les pattes dans le rôle de confirmation de Bourges, mais elles n'ont pas disparues pour autant.
Ce qui suggère un autre rôle : la position des pattes à l'emplacement de la cache.

Mine de rien, c'est ce genre de petite réflexion qui peut faire avancer le jeu Smile
Répondre
#27
Je ne sais pas si cela a été évoqué, mais Paris ferait un excellent "omphalos" de France.
Répondre
#28
(2019-12-08,00:24)zarquos a écrit :
(2019-12-08,00:07)leuc a écrit : Sinon, pour en revenir à nos moutons : finalement, quand révele-t-on le grand X ? car ici, nous avons discuté depuis Bourges (530) et Coeur (470) mais en réalité, l'X se découvre une fois Cherbourg identifié donc en 560. Avant 560, pas de X. A Carusburc, le X apparait, jamais demandé mais tellement présent depuis que le Col de Roncevaux vise le coeur puis depuis que de GF nous surgissons à Cherbourg.
Mais s'il apparait, cela doit servir ? à quoi ? Et pourquoi faire apparaitre ce X et son croisement au moment même où nous devons chercher l'Ouverture ?

Ce sont des bonnes questions Smile

La première branche du X c'est facile : on voit la lumière par l'ouverture depuis mon tout 470 (la flèche vise) et ça se traduit en 500 par un trait qui aboutit à 2424 (la flèche a été décochée). Mais ce n'est pas la droite connue avant la 500 (qui sert à la construction de l'ortho) pour autant.
La deuxième branche du X c'est une autre paire de manches, ça ne peut pas correspondre à un déplacement du chercheur sur la carte car on termine l'énigme 420 à la cible d'Apollon donc on fait plutôt cible d'Apollon - Cherbourg. Mais Max Valentin dit qu'aucun chemin ne mène à Cherbourg donc c'est forcément secondaire.
Par contre à Cherbourg j'ai besoin d'un axe de référence pour exploiter l'inclinaison du trait sur le visuel de la 560 (car je le place sur la carte en le tournant), c'est là que le trait Golfe-Juan - Cherbourg entre en scène (Caseuré propose d'ailleurs une variante). La difficulté c'est qu'on doit tracer ce trait de notre propre chef, d'où l'intérêt peut-être de mettre un cœur en avant dès la 470. Et d'où l'intérêt aussi (peut-être) de l'IS TDF du 16 juillet.
C'est amusant car nous sommes de temps en temps sur la même piste, mais ça ne dure jamais longtemps ^^
L'avantage c'est que ça génère beaucoup d'idées 107

Dans un autre fil, j'évoquais que la diagonale Cherbourg-Golfe-Juan m'évoquait une tentative de manipulation de la part de MV. Voici quelques détails supplémentaires :
En 420, lumière est associée à LA et flèche (via Apollon). De manière indirecte Golfe-Juan gagne un petit coté "lumineux".
Puis après avoir fournit Cherbourg, la 560 fournit l'instruction "Cherche l'ouverture qui revèle la lumière celeste" (impératif) qui suggère la diagonale Cherbourg-GF. Bien sur, avec les madits on sait que ce trait n'est pas demandé dans les énigmes mais tout a été suggeré pour le sentir naturel pour lier 420 et 560.

En fait, c'est le même genre de mécanisme (mais à l'envers) qui en 470 (puis 500) invite à considérer l'alignement Col Ibaneta - Carignan (passant aux limites de Bourges). 
La 470 invite à considérer Col d'Ibaneta pour voir par Bourges la Lumière en indiquant qu'une flèche visant le coeur est le bon chemin (bon chemin joue ici le role de l'impératif de la 560, ça suggère ! ). En 500, décoder CARIGNAN, voir son blason... tout est en place pour pousser à croire en la diagonale.  
NB : j'y vois de la suggestion et m'en méfie mais j'ai peut être tort et alors c'est autant d'indices suggerés pour nous garder sur la bonne piste. Wink

Le dernier élément qui ne colle pas à l'idée que je me fais de cette chasse :  Celui qui ne resoud pas la 470 mais qui en 500 depuis Carignan et son blason indiquant un coeur tentera de "casser" la 470 via son titre arrivera aussi au Col d'Ibaneta. 
C'est le point faible de trop (pour moi) de cette diagonale : je n'envisage pas que l'on puisse résoudre la 470 par la 500 (mais bon c'est très subjectif, j'en ai conscience).
Répondre
#29
(2019-12-07,22:31)zarquos, il y a déjà un moment, a écrit : Le E qui se cache

Eh oui sur le fronton du temple de Delphes il y a un E étrange :

Citation :[...] ainsi qu'un très étrange «Ε», aussi sur le fronton du temple et sur la signification duquel les Grecs se sont longuement interrogés, et qui pourrait être une manière de noter le mot εἶ / eĩ, « tu es », sous-entendu « toi aussi une partie du divin » ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Divination...ce_antique

Citation :QUE SIGNIFIE LE MOT El GRAVÉ SUR LA. PORTE DU TEMPLE DE DELPHES.

Ce traité est en forme de dialogue. Plutarque y rend compte à un poète athénien, son ami, d'un entretien qu'il avait eu dans le temple d'Apollon à Delphes, et dont l'objet était la lettre E ou EI, gravée sur la porte du temple.

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/...que/ei.htm

@zarquos :

Si comme je le pense, le sixième item de la charade de la 530 est celui qui est important, ce point se trouve remis à l'avant-plan. De ce que j'ai lu, ce E n'est pas un élément trop trop pointu. On pourrait sans doute le trouver dans des ouvrages courants. Par contre, j'ai lu l'ouvrage de Plutarque qui en traite de la manière la plus approfondie. Il y a bien des allusions amusantes : les nombres, les voyelles, la musiques, etc. Mais je n'ai pas l'impression que ce soit par là qu'il faut aller. Non, si cela doit être utilisé, c'est vraiement avec la lettre E proprement dite. Aussi fastidieux que cela puisse sembler, je pense qu'il faudra creuser la fameuse "piste des E", avec les innombrables propositions de tous les cryptographistes fous qui l'ont évoquées. Je ne sais pas si tu es allé plus loin. Je ne sais pas par où commencer, il va falloir fouiller toutes les énigmes et tester tous les décryptages faisant intervenir la lettre E sans même savoir ce que je cherche. Mais ce serait un aboutissement logique de la piste delphique.
Répondre
#30
Plutôt d'accord avec Airyn.
On bascule rapidement vers l'ésotérisme avec l'Omphalos. Il s'agit donc de se concentrer sur des références fiables qui tombent d'accord sur des éléments exploitables qui recueillent l'unanimité.
On critique suffisamment la récurrence des solutions Dabo dans les énigmes pour ne pas être critique sur un overkill Bourges. (Ouverture, cœur, notion de centre et de milieu)
Il ne s'agit pas de nier Bourges mais de réinventer/recontextualiser cette solution.
A quoi bon ressasser ces notions s'il s'agit de se contenter d'une lecture basique de Bourges ?
Je pense que Schliemann cherche une valorisation de Bourges via l'Omphalos mais je pense que cette valorisation tout de même très dissimulée dans la version définitive doit trouver une contrepartie dans une (relative) simplicité.

Amicalement,
Marvinclay
Répondre


Atteindre :