Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
SE CASSER LE BEC ET Y LAISSER SES PLUMES
#11
(2020-05-07,10:28)leuc a écrit : ...les aigles ont cette particularité d'effectuer des vols planés lents rendu possible par deux particularités physiologiques ...
S'il perd des rémiges primaires (des plumes) ou ces alulas (le bec de l'aile), c'est le vol plané lent de l'aigle qui n'est plus possible....
Je continue cette approche : 
Si L'AIGLE personnifie un homme alors ces ailes (plumes, bec de l'aile qui autorise le vol) sont ces bras et SES SERRES sont donc... ces PIEDS (les griffes au bout des pattes); 
LAISSER LA MARQUE DES SERRES DANS LE SABLE revient donc à laisser "l'empreinte de son pied dans le sable"
Citation :EMPREINTE : D’après Le dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 2001), le terme “empreinte” découle initialement du verbe empreindre issu (1213) du latin imprimere “appuyer sur” qui signifie initialement (1250) “marquer par pression sur une surface".

Si L'AIGLE personnifie NAPOLEON alors, comme le décrit l'article précédent, historiquement, il cessera de planer sur l'Europe dès la signature du 9 Juin 1815. Si on regarde le déroulé des évenements vu par Napoléon, il y a eu le débarquement (pieds dans le sable) sur la plage du Soleil de GF le 1er Mars, il y a eu le vol de l'aigle, les CENT-JOURS et Waterloo mais d'un point de vue européen, le congrès de Vienne a scéllé le sort de l'aigle et précipité sa chute.
Répondre
#12
Citation :@Miam tu es sûr que tu as pas obtenu cette piste après un abus d'Anisette plutôt ? 😂, je rigole 😉. 


Roo, j'aimerai bien qu'une IS donne Anet...

Tiens, un autre exemple de pourquoi_j_aime_bien_cette_piste... A Carusburc, on cherche "l'ouverture qui révèle la lumière céleste".

NANTES -> N ANTE S -> N ANET S

Au coeur de Nantes, entre un N et un S, comme dans une boussole... C'est mignon quand même !
Répondre
#13
Il y a un prénom assez curieux impliquant le grec et le romain :

La mère de Napoléon, LAETITIA  du latin LETO.
Laetitia, nom d' une déesse romaine. Leto, nom d' une déesse grecque mère de la lune Artemis et du soleil Apollon 

Un aigle sans bec ni serres est un ALERION, anagramme de LOREINA, mot latin de la LORRAINE.
 Au pluriel, ALERIONS, est peut-être une lecture du N SOLAIRE 
seulement, j' ignore si dans les armoiries de la famille Bonaparte se trouvent des alerions  ! 036
Répondre
#14
(2020-05-08,14:49)toucan83200 a écrit : Un aigle sans bec ni serres est un ALERION, anagramme de LOREINA, mot latin de la LORRAINE.

Merci pour cet excellent rappel 035 (je ne connaissais pas l'histoire de l'anagramme)

Il y a trois alérions sur le blason de la Lorraine mais si on en veut un seul c'est facile :

[Image: 436px-Blason_Saint-Nicolas-de-Port_54.svg.png]
Répondre
#15
(2020-05-08,14:49)toucan83200 a écrit : Il y a un prénom assez curieux impliquant le grec et le romain :
La mère de Napoléon, LAETITIA  du latin LETO.
Laetitia, nom d' une déesse romaine. Leto, nom d' une déesse grecque mère de la lune Artemis et du soleil Apollon 
Un aigle sans bec ni serres est un ALERION, anagramme de LOREINA, mot latin de la LORRAINE.
 Au pluriel, ALERIONS, est peut-être une lecture du N SOLAIRE 
seulement, j' ignore si dans les armoiries de la famille Bonaparte se trouvent des alerions  ! 036
On retrouve quelques arguments de JB Pérès dans tes propos  Smile 
Attention en 420, rien ne dit que l'aigle n'a plus ses serres
Répondre
#16
Napoléon avait des surnoms, le plus intéressant est sûrement celui-ci :

Citation :Nicolas : surnom utilisé particulièrement par les royalistes du Midi de la France, où le Diable est parfois dénommé ainsi. Des caricatures de l'époque désignent ainsi Napoléon par cet autre prénom, avec l'effet renforcé par leur même lettre initiale « N » ;
 
Nicolas <-> Saint-Nicolas-de-Port.
Répondre
#17
(2020-05-07,21:22)leuc a écrit :
(2020-05-07,10:28)leuc a écrit : ...les aigles ont cette particularité d'effectuer des vols planés lents rendu possible par deux particularités physiologiques ...
S'il perd des rémiges primaires (des plumes) ou ces alulas (le bec de l'aile), c'est le vol plané lent de l'aigle qui n'est plus possible....
Je continue cette approche : 
Si L'AIGLE personnifie un homme alors ces ailes (plumes, bec de l'aile qui autorise le vol) sont ces bras et SES SERRES sont donc... ces PIEDS (les griffes au bout des pattes); 
LAISSER LA MARQUE DES SERRES DANS LE SABLE revient donc à laisser "l'empreinte de son pied dans le sable"
Citation :EMPREINTE : D’après Le dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 2001), le terme “empreinte” découle initialement du verbe empreindre issu (1213) du latin imprimere “appuyer sur” qui signifie initialement (1250) “marquer par pression sur une surface".

Si L'AIGLE personnifie NAPOLEON alors, comme le décrit l'article précédent, historiquement, il cessera de planer sur l'Europe dès la signature du 9 Juin 1815. Si on regarde le déroulé des évenements vu par Napoléon, il y a eu le débarquement (pieds dans le sable) sur la plage du Soleil de GF le 1er Mars, il y a eu le vol de l'aigle, les CENT-JOURS et Waterloo mais d'un point de vue européen, le congrès de Vienne a scéllé le sort de l'aigle et précipité sa chute.

En 420 nous cherchons une flèche. Pour cela nous disposons d'instructions et d'un point de départ : LA.
Localiser LA, c'est résoudre la phrase (cryptée) : 
Citation :C'EST LA QUE L'AIGLE IMPRIMA LA MARQUE DE SES SERRES DANS LE SABLE, CENT JOURS AVANT DE SE CASSER LE BEC ET Y LAISSER SES PLUMES

La phrase aurait très bien pu n'indiquer que LA mais non, elle nous renvoie à un évenement distant de 100 jours; On peut appeler cet événement X (pour moi c'est le 9 juin 1815 mais finalement  que ce soit Waterloo, l'arrivée aux tuileries ou à Fontainebleau revient à la fin au même).Pourquoi évoquer cet évenement X ? 
Je vois deux réponses : 
  • Pour rien (hormis localiser LA); Armé de là on peut suivre les instructions et trouver en toute hâte la flèche.
  • Pour offrir (au moins) une solution historique à la 420 en complément de sa solution "géographique" de localisation de la cible de la flèche. C'est plutôt ma position puisque j'ai opté pour un modèle Puymasit de solution mais je sais que ce n'est pas le choix majoritaire.
Mais pour ceux qui optent pour des solutions plus simples, ne trouvez vous pas que c'est vraiment gacher que de mettre toute cette phrase (C'EST LA QUE...) pour n'en extraire qu'un petit LA ? (surtout depuis une certaine IS "VENU DE L'ILE D'ELBE...")
Répondre
#18
Peut être que le mois de mars nous met sur la piste d’une mesure planétaire ... 

Soit mars directement ou bien l’autre m ... mercure 

D’ailleurs l’autre m me rappelle les voiles de mon navire ... ACDE ... LA UT RE MI ... l’autre mi ?
Répondre
#19
(2021-03-30,01:57)Askillex a écrit : Peut être que le mois de mars nous met sur la piste d’une mesure planétaire ... 
Soit mars directement ou bien l’autre m ... mercure 
D’ailleurs l’autre m me rappelle les voiles de mon navire ... ACDE ... LA UT RE MI ... l’autre mi ?
@Askillex : Mars, ok, mais alors, pourquoi nous parler de Juin (ou de Waterloo ou de ...) ?
Répondre
#20
bonjour

pourquoi preciser " 100 jours avant de se casser lebec etc..."

sans ca on aurait trouver quand meme golf juan.....

perso le trait golf juan waterloo n'est pas sans interet
Répondre


Atteindre :