Note de ce sujet :
  • Info
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Longueur du trait d'Apollon
#11
(2021-10-30,22:14)chevechercher a écrit : ...1/ La mesure n'est utilisée que pour faire des mesures à la règle sur la carte, d'où sa confirmation par une règle à l'échelle 1:1 dans le visuel de la 500. Les mesures sur la carte différent légèrement des distances réelles, surtout sur de grandes distances. En 420 on aurait une mesure de 55,9 cm à faire, ce qui nécessite une règle plus longue que ce qu'on a habituellement chez soi. ...
@chevechercher : mais dans ce cas, si j'applique cette proposition, les 650m serait alors à mesurer sur la carte avec une règle donc plus une altitude par exemple.
"Charlot Avricourtois !"
Répondre
#12
(2021-10-30,22:30)leuc a écrit :
(2021-10-30,22:14)chevechercher a écrit : ...1/ La mesure n'est utilisée que pour faire des mesures à la règle sur la carte, d'où sa confirmation par une règle à l'échelle 1:1 dans le visuel de la 500. Les mesures sur la carte différent légèrement des distances réelles, surtout sur de grandes distances. En 420 on aurait une mesure de 55,9 cm à faire, ce qui nécessite une règle plus longue que ce qu'on a habituellement chez soi. ...
@chevechercher : mais dans ce cas, si j'applique cette proposition, les 650m serait alors à mesurer sur la carte avec une règle donc plus une altitude par exemple.

Dans les dents ! Big Grin
Va comprendre, Charles !
Répondre
#13
(2021-10-30,20:13)Grégoire de la Tour d\ivoire a écrit : Le jour sidéral représente le cercle parfait : une rotation de 360°

De plus, distance et temps se (re)trouvent intimement liés.
La "mesure" du jeu est spatiale ET temporelle.
@GTI : merci la proposition. Je ne sais pas si la mesure est spatiale ET temporelle mais par contre, ton dessin est vraiment très parlant et justifierait que l'emploi du "jour sidéral" et du "hate-toi" soient utiles pour se rappeler que l'heure locale (jour solaire) avance de 4 minutes pour chaque degré de longitude gagné vers l'Est.
"Charlot Avricourtois !"
Répondre
#14
(2021-10-30,22:14)chevechercher a écrit : ...2/ Parce que l'usage d'une constante qui dépend de la planète (la durée de son jour sidéral) permet de jouer sur le fait que la plupart des chercheurs ne vont considérer que le jour sidéral terrestre (validé par Max) alors que ceux des autres planètes pourraient aussi avoir à être considérés (ce sur quoi Max ne s'est jamais prononcé)...
@chevechercher : merci pour cette proposition qui aurait plus de poids si Max n'avait pas validé le jour sidéral terrestre. Ta proposition me semble assez proche de l'usage de la mesure planétaire que propose notre hôte Zarquos. Mais cela reste tout de même étrange que, pour deux distances 420, l'une soit en mesure mercurienne (je prends Mercure pour exemple) via l'emploi du simple terme "mesures" et l'autre soit en fraction de jour sidéral (révélé terrestre par Max). Dans ces conditions, jour sidéral ne semble pas obligatoire et l'option d'exprimer 559000 m en 212420 mesures ("de Mercure") semble possible.
"Charlot Avricourtois !"
Répondre
#15
(2021-10-30,22:30)leuc a écrit :
(2021-10-30,22:14)chevechercher a écrit : ...1/ La mesure n'est utilisée que pour faire des mesures à la règle sur la carte, d'où sa confirmation par une règle à l'échelle 1:1 dans le visuel de la 500. Les mesures sur la carte différent légèrement des distances réelles, surtout sur de grandes distances. En 420 on aurait une mesure de 55,9 cm à faire, ce qui nécessite une règle plus longue que ce qu'on a habituellement chez soi. ...
@chevechercher : mais dans ce cas, si j'applique cette proposition, les 650m serait alors à mesurer sur la carte avec une règle donc plus une altitude par exemple.

Oui, bien vu. Il y a bien sûr l'option "les 1969,697 mesures correspondent à une distance mesurée sur la carte". Mais il y a aussi l'option "la 420 est une exception, on utilise la mesure verticalement mais un calcul pour les distances horizontales". Tu sais, le coup du N qui devient Z quand il est "couché", ou le coup du "pourquoi la règle est représentée quasiment verticale en 500 ?". Bon ça pourrait être une autre réponse à la question initiale. Mais rien n'empêche de combiner les deux idées : après tout, on a en 530 une carte qui est représentée verticalement...
Répondre
#16
(2021-10-30,23:06)leuc a écrit :
(2021-10-30,22:14)chevechercher a écrit : ...2/ Parce que l'usage d'une constante qui dépend de la planète (la durée de son jour sidéral) permet de jouer sur le fait que la plupart des chercheurs ne vont considérer que le jour sidéral terrestre (validé par Max) alors que ceux des autres planètes pourraient aussi avoir à être considérés (ce sur quoi Max ne s'est jamais prononcé)...
@chevechercher : merci pour cette proposition qui aurait plus de poids si Max n'avait pas validé le jour sidéral terrestre. Ta proposition me semble assez proche de l'usage de la mesure planétaire que propose notre hôte Zarquos. Mais cela reste tout de même étrange que, pour deux distances 420, l'une soit en mesure mercurienne (je prends Mercure pour exemple) via l'emploi du simple terme "mesures" et l'autre soit en fraction de jour sidéral (révélé terrestre par Max). Dans ces conditions, jour sidéral ne semble pas obligatoire et l'option d'exprimer 559000 m en 212420 mesures ("de Mercure") semble possible.

On peut penser que les deux astuces sont incompatibles : soit on joue sur une variation possible de la mesure, soit on remplace l'usage de la mesure par un calcul qui permet des variations. Mais... ptet pas, en fait. En effet, la principale contrainte pour Max dans la conception de cette énigme semble être de fournir des valeurs compatibles avec la fausse piste de Dabo, et on peut imaginer qu'il est assez dur de créer cette dualité de pistes en conservant une distance commune aux deux pistes (que ce soit celle exprimée en mesures ou celle obtenue par calcul). Surtout lorsqu'une de ces deux distances est contrainte par l'altitude de Dabo. Dans ce cas, avoir une unique astuce (prendre en compte la géométrie des planètes pour trouver les distances) déclinée de deux façons (mètre planétaire et jour sidéral planétaire) et permettant de faire varier les deux distances pourrait être une façon élégante de régler ce problème de conception. Mais tout dépend de comment Max a conçu ce problème pour les joueurs.

PS: pour le fait que Max ait "validé" le jour sidéral terrestre : Certes il a validé le fait que le jour sidéral terrestre serve dans l'énigme, mais il n'a jamais invalidé l'usage supplémentaire d'autres jours sidéraux ! Quand on demande à Max si l'élément X est un Y et que Max répond oui, ça ne signifie jamais que X soit un Y à l'exclusion de toute autre chose. Parfois il précise qu'il ne peut pas nous dire si ça n'a pas aussi un autre sens, mais il n'est pas obligé de le faire systématiquement non plus.
Répondre
#17
(2021-10-30,18:33)leuc a écrit : ...Avez-vous déjà cherché à expliquer pourquoi MV a utilisé une drole de technique pour nous conduire finalement à une distance ?
(Avec un pied métrique* : 559000=0.33*1693939.394 => on aurait, par exemple, pu s'attendre à  quelque chose comme "son trait s'abattra à 1693939.394 mesures")
J'ai oublié d'évoquer l'impact de ma proposition de pied nanométrique en 420 sur ma question.
Dans cette hypothèse alors si MV avait exprimé toutes les distances en mesures alors nous aurions eu :
Citation :de là, il comptera 1969,697 mesures vers le zénith.
Son trait s'abattra à 1693939393939393,94 mesures.
Nul doute que ça aurait fait louche...  116  
Exprimer la grande distance par un fraction de jour sidéral fournit alors un indice pour l'énigme tout en protégeant la valeur de la mesure en 420.
"Charlot Avricourtois !"
Répondre


Atteindre :